POLITIQUE
01/02/2016 12:05 EST | Actualisé 01/02/2017 05:12 EST

Terre-Neuve-et-Labrador: Le fédéral veut régler un recours sur les pensionnats autochtones

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le gouvernement fédéral tente de régler un recours collectif entamé par plus de 1200 plaignants métis, inuits et innus qui réclament des excuses et une compensation pour les violences et la perte de leur héritage culturel dans les pensionnats autochtones de Terre-Neuve-et-Labrador.

La poursuite a été ajournée, lundi matin, alors que les avocats de la partie adverse rencontreront un juge à la retraite, mardi, afin de régler l'affaire.

Si aucun accord n'est atteint, les avocats du gouvernement fédéral commenceront à présenter leur défense le 29 février. La poursuite fait état d'agressions sexuelles et physiques.

Les avocats des plaignants affirment que les efforts de règlement reflètent le changement de cap important depuis l'élection du nouveau gouvernement libéral.

Le juge Robert Stack a accepté de reporter les audiences, mais il a souligné que le temps était précieux en cour suprême provinciale — il a cité en exemple l'âge avancé de ses membres.

Plusieurs plaignants ont été dévastés lorsqu'ils ont constaté qu'ils avaient été exclus des excuses officielles de l'ancien premier ministre Stephen Harper, en 2008, et de la compensation qui y était liée.

Les avocats du gouvernement nient que le fédéral ait été responsable des institutions qui avaient été ouvertes avant que la province ne se joigne au Canada, en 1949. 

Elles étaient situées à St.Anthony, Cartwright, North West River, Nain, et Makkovik. L'Association internationale Grenfell dirigeait trois des écoles, alors que les missionnaires moraves géraient les deux autres.

AUSSI SUR LE HUFFPOST :

Galerie photo Un nombre record de députés des Premières nations en 2015 Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter