NOUVELLES
01/02/2016 04:05 EST | Actualisé 01/02/2017 00:12 EST

Libye: l'émissaire de l'ONU insiste sur un gouvernement siégeant "à Tripoli"

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a souligné lundi à Alger la nécessité d'installer un gouvernement "à Tripoli", alors que les pressions se multiplient sur les autorités rivales libyennes pour la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Le représentant onusien, cité par l'agence APS, a affirmé qu'il fallait "avancer avec le processus politique en installant un gouvernement à Tripoli" qui "doit être sur place avec l'administration, constituée de technocrates".

"Il est important de former un gouvernement, de renforcer aussi la position du Premier ministre et d'aller à Tripoli", a répété M. Kobler, soulignant l'urgence de mettre fin à une situation "irrégulière", créée par le "vide politique (...) et militaire" et favorisant "l'expansion du groupe terroriste autoproclamé Etat islamique (EI)".

La Libye est livrée aux milices depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi et compte deux gouvernements rivaux --un "provisoire" reconnu par la communauté internationale et siégeant dans l'est du pays et un "gouvernement de salut national" installé à Tripoli qui ne jouit d'aucune reconnaissance internationale.

Cette situation a favorisé l'implantation des jihadistes, dont le groupe EI et inquiète grandement les pays voisins comme la Tunisie et l'Algérie, qui a suspendu vendredi la liaison aérienne Alger-Tripoli.

Dimanche, les pressions internationales pour la formation d'un gouvernement d'union nationale en Libye se sont multipliées notamment depuis l'Afrique et l'Europe, alors que le Premier ministre désigné, Fayez el-Sarraj, doit proposer son cabinet dans les prochains jours.

La mise en place d'un tel gouvernement est prévu par l'accord conclu à Skhirat (Maroc) en décembre sous l'égide l'ONU, selon lequel le cabinet doit siéger dans la capitale Tripoli.

"Nous sommes tous d'accord, impatients et pressés de voir ce gouvernement mis en place et de le voir s'installer à Tripoli", a déclaré à l'APS le ministre algérien des Affaires maghrébines, Abdelkader Messahel, à l'issue d'une rencontre avec M. Kobler.

La semaine dernière, M. Sarraj était en Algérie pour discuter de la situation en Libye.

amb/feb