NOUVELLES
01/02/2016 07:12 EST | Actualisé 01/02/2017 00:12 EST

Les épreuves de ski alpin lancent le bal des épreuves tests à Pyeongchang

Transport, logement, conditions de neige, préparation des pistes et autres questions logistiques pour les Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang 2018 vont passer leur premier grand test cette semaine.

Une descente et un super-G de la Coupe du monde masculine sont programmés au site sud-coréen de Jeongseon le week-end prochain — la première des 28 épreuves tests en vue des prochains Jeux d'hiver.

Ces épreuves de ski alpin n'ont été confirmées que le mois dernier car on craignait que la principale télécabine ne puisse être achevée à temps.

Désormais, l'emphase est mise davantage sur les questions d'organisation, comme la formation des équipes inexpérimentées pour préparer les filets de sécurité et de garder la neige assez lisse pour éviter les accidents à grande vitesse.

«Nous devons nous démener pour que l'essentiel fonctionne, a déclaré l'expert technique de la Fédération internationale de ski, Gunter Hujara. Les gens pensent que c'est en raison de la télécabine. Mais c'est tout.»

La première des trois descentes d'entraînement est prévue mercredi.

«Je suis curieux de voir comment ça se passe là-bas, a déclaré le descendeur italien Christof Innerhofer, médaillé d'argent aux Jeux de 2014 à Sotchi. D'après ce que je l'ai vu, il n'y a pas beaucoup de neige. J'ai regardé les photos sur Instagram.»

Le site de Jeongseon ne comporte qu'un seul lieu de compétition. Donc, contrairement aux jeux précédents, il y aura une seule piste à la fois pour les épreuves de vitesse masculines et féminines — les femmes y disputeront une épreuve test la saison prochaine.

«C'est un site de compétition. Il a été conçu pour ça seulement, a dit Hujara. Le plan original était d'avoir des pistes pour les hommes et les femmes, mais les écologistes ont soulevé des préoccupations et la FIS a pris ça très au sérieux.»

Les épreuves olympiques de slalom et de slalom géant auront lieu à Yongpyong, qui a été le théâtre d'épreuves de la Coupe du monde auparavant.

Avec une seule piste de vitesse disponible, la FIS a décidé de modifier son programme olympique habituel, ce qui signifie que les femmes commenceront avec les épreuves techniques avant de changer d'installations avec les hommes.