NOUVELLES
01/02/2016 05:42 EST | Actualisé 01/02/2017 00:12 EST

Huit nouvelles enquêtes liées à des agressions sexuelles dans l'armée

Depuis la création d'un centre d'intervention sur les inconduites sexuelles par les Forces canadiennes en septembre dernier, huit plaintes liées à des agressions sexuelles ont mené à des enquêtes par la police militaire.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

En avril 2015, l'ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps présentait un rapport accablant sur la culture dans l'armée qu'elle décrivait comme étant « hostile aux femmes ». Elle recommandait de créer un centre indépendant qui permettrait de traiter les plaintes liées au harcèlement ou aux agressions sexuelles.

Les Forces canadiennes ont accepté cette recommandation et ont mis sur pied un tel centre, qui est entré en fonction en septembre dernier. Entre la mi-septembre et la fin janvier, ce sont un peu plus de 247 personnes qui sont entrées en communication avec le centre. La plupart sont des membres des Forces canadiennes.

Parmi les membres des Forces, la plupart ont contacté le centre pour obtenir des informations. Mais le premier rapport des Forces armées sur l'élimination des comportements sexuels inappropriés dévoile également que 64 membres des Forces ont contacté le centre pour des agressions sexuelles. 44 membres ont communiqué avec le centre en lien avec du harcèlement sexuel.

Huit plaintes liées à des agressions sexuelles ont mené à des enquêtes disciplinaires. En janvier seulement, deux nouveaux cas ont mené à des enquêtes.

Encore du travail à faire

Les Forces canadiennes affirment que des efforts sont encore mis en place pour rendre, l'univers de travail meilleur, tant pour les hommes que les femmes. « Nous sommes encore loin d'avoir atteint notre objectif. Nous devons canaliser et maintenir nos efforts afin d'accomplir le changement culturel nécessaire pour favoriser un milieu sain à tous les militaires », a déclaré par voie de communiqué le chef d'état-major de la Défense, le général Jonathan Vance.

L'armée note par exemple que Statistique Canada va mener une enquête sur les inconduites sexuelles dans l'armée. Un questionnaire sera envoyé aux 56 000 membres des Forces et à 27 000 réservistes. Le sondage sera lancé en avril et les résultats seront connus à l'automne.