NOUVELLES
01/02/2016 08:59 EST | Actualisé 01/02/2016 08:59 EST

Essai routier Nissan Sentra 2016 : nouvelle jeunesse (PHOTOS)

EcoloAuto.com

(Newport, Californie) Les générations de voitures sont un phénomène assez complexe. Certaines voitures subissent des changements quasi annuels ou presque, et changent de génération tous les trois ou quatre ans. D’autres, comme la Nissan Sentra 2016, sont considérablement modifiées sans toutefois se définir comme une toute nouvelle génération.

LIRE AUSSI:

» Essai routier Hyundai Elantra 2017 : viser le sommet

C’est ainsi que la Nissan Sentra 2016 est toujours une Sentra de 7e génération. Ce n’est cependant pas faute de l’avoir sérieusement remaniée. En fait, selon les gens de Nissan, cette mise à jour de milieu de vie est un des projets les plus importants de rajeunissement que la compagnie n’ait jamais effectué.

L'article se poursuit après la galerie photos.

Galerie photo Nissan Sentra 2016 Voyez les images

Avec la Sentra, pas moins de 520 pièces ont été retouchées, et plus de 20 % de la voiture est totalement revu et corrigé. Mais comme la mécanique n’a pas été touchée réellement, et que la plateforme demeure la même, la voiture en édition 2016 conserve son titre de 7e génération.

Amélioration remarquable

Il y a fort à parier que les actuels propriétaires de Nissan Sentra seront en désaccord, mais il faut bien avouer que la voiture des dernières années était parmi les voitures les insipides sur le marché. La petite voiture offrait bien un certain espace, mais là s’arrêtaient ses qualités distinctives.

Pour le reste, elle n’était pas une mauvaise voiture, mais ne proposait ni véritables sensations de conduite, ni confort remarquable, ni sécurité accrue, ni consommation miniature. En résumé, une voiture qui faisait le travail comme un mur beige dans un bureau : il joue son rôle, mais personne ne le remarque.

Attention, avant de lancer des roches à l’auteur de ces lignes, il importe de préciser que l’ancienne Sentra avait quand même de grandes qualités. Sa qualité initiale, par exemple, a été reconnue par J.D. Power qui la plaçait au sommet de sa catégorie en 2015. Ses ventes ne sont pas non plus négligeables : un total de 14 940 unités, soit 13 % des ventes canadiennes de Nissan, figurent quand même au palmarès de la petite voiture, qui devance ainsi ses sœurs Micra et Versa, mais aussi les Kia Forte, Subaru Impreza et Toyota Yaris.

Ceci étant dit, on ne peut reprocher à Nissan d’avoir voulu améliorer le petit véhicule, espérant ainsi rattraper un peu de ses rivaux et faire une poussée au sein du top 10 des voitures compactes au pays.

L’amélioration de la nouvelle Sentra est globale, et touche non seulement l’esthétique et l’aérodynamisme, mais aussi la qualité d’assemblage, l’ergonomie et le plaisir de conduite.

Nouveau look

En matière de style, la nouvelle Sentra se marie désormais à ses sœurs Altima, Maxima ainsi qu’au Murano. On lui a greffé la calandre en forme de V qui se poursuit le long du capot avec des arêtes mieux définies. Armé de ruban gommé vert, le vice-président design de Nissan Amérique du Nord, Taro Ueda, a d’ailleurs tenu à expliquer en détail chacune des modifications dans les lignes de carrosserie.

Concrètement, le capot plus pointu et mieux défini, la grille en V et les phares en boomerang sont non seulement un exercice de style intéressant qui définissent le caractère propre de la voiture et de la famille Nissan, mais sont aussi une amélioration en matière de pénétration de la voiture dans l’air, diminuant du même souffle la friction et la consommation.

La ligne se poursuit d’ailleurs sur les parois latérales, et les blocs optiques arrière ont aussi subi de telles modifications.

L’habitacle n’échappe pas non plus au rajeunissement. La console centrale, par exemple, reçoit de nouveaux matériaux de meilleure qualité, notamment une finition noir piano lustrée, mais affiche quand même un peu trop de larges pans de plastiques, faisant paraitre l’écran central de trop petite dimension.

Devant le conducteur, la planche de bord a été redessinée pour permettre d’insérer entre les cadrans un petit écran d’affichage. Une excellente initiative, faut-il le préciser, puisque l’écran décline, selon les goûts du conducteur et les options du véhicule, les informations de navigation, de conduite ou de divertissement.

Le volant, calqué sur celui de la 370z avec ses triples rayons et ses commandes redondantes, le levier de vitesse redessiné et surtout la qualité améliorée des matériaux de sièges viennent compléter le renouveau.

Donnée intéressante, comme la Sentra 2016 utilise la même plateforme que sa prédécesseure, elle conserve ses dimensions plus imposantes que ses rivales, et permet un étonnant dégagement aux places arrière. Même l’espace cargo, grand de plus de 427 litres, est l’un des plus vastes de la catégorie.

La vraie trouvaille de cette Sentra cependant, c’est son insonorisation haut de gamme. Même en accélération vive (oui, on entendait quand même le bruit du moteur), fouettée par les vents venant du Pacifique, l’habitacle de la Sentra était remarquablement silencieux, me « forçant » à écouter la conversation du collègue à mes côtés ou son choix de musique parfois douteux, n’ayant pas l’excuse de dire que le tout était couvert par les bruits de roulement.

Conduite améliorée

Le moteur de la Nissan Sentra 2016 n’a pas changé. On maintient donc le 4 cylindres 1,8 litre de 130 chevaux que l’on connaissait déjà. Dommage, oserions-nous dire, puisque le petit moteur a démontré plus d’une fois son essoufflement au moment des dépassements ou des entrées d’autoroute.

Peut-être est-ce dû aussi en partie à la boite de vitesse, une transmission automatique à variation continue X-Tronic de 3e génération « 3 steps », une boite qui simule les changements de rapports. La sensation de conduite est l’une des plus agréables provenant de ce genre de boite dont je ne suis pas le plus ardent défenseur, mais on peut se demander si le compromis fait pour simuler les changements de rapports n’a pas eu une influence sur la réponse du moteur.

Autres changements majeurs, les suspensions ont été retouchées, rendues 23 % plus rigides et redessinées. Le résultat, cette fois, est probant : la voiture garde le cap avec aisance, ne tangue plus comme elle le faisait, et présente même une direction plus agréable que jamais. Pas exactement celle d’une voiture de sport, mais tout de même plus bavarde que l’ancienne version.

Sur les routes californiennes, tant sur autoroute que sur les routes surpeuplées de la région de Los Angeles, la petite Sentra a donc réussi à se faufiler avec aisance et un certain plaisir.

Des versions pour tous

La nouvelle Sentra est offerte en 4 versions, et avec des groupes d’option ou des transmissions différentes. La S, version de base, dispose au choix de la boite manuelle ou automatique.

La SV, la version la plus vendue, propose aussi les deux boites. Elle ajoute cependant des roues de 16 pouces, une caméra de recul, des sièges chauffants et une clé intelligente. Au choix, la SV peut aussi offrir le toit ouvrant, une option fort prisée, semble-t-il par les Canadiens qui en seraient les plus friands au monde.

La SV avec CVT peut aussi greffer le groupe Luxe qui ajoute le système de navigation, et des systèmes de sécurité comme la détection d’angles morts, l’assistance au freinage et la détection du trafic latéral.

La version SR propose un look plus dynamique, des ailerons plus sportifs et des roues de 17 pouces. En ajoutant la version premium, la SR se dote des mêmes systèmes que la SV Luxe, mais ajoute des sièges de cuirs ajustables en six directions.

Enfin, la version SL reprend tout ce que les versions de luxe possèdent, en y ajoutant un régulateur de vitesse intelligent, et le système Nissan Connect, un système sur abonnement qui permet de gérer sa voiture à distance.

Aucun prix n’a encore été confirmé, mais les dirigeants de Nissan ont précisé que la version SV, la plus vendue, serait disponible sous la barre des 20 000 $.

Plus jolie, plus dynamique, la Nissan Sentra 2016 reçoit certes une cure de jouvence qui lui était nécessaire. Pas parfaite, elle constitue quand même une redoutable amélioration face à celle qu’elle remplace.

SOURCE: EcoloAuto.com