NOUVELLES
01/02/2016 07:37 EST | Actualisé 01/02/2017 00:12 EST

Angleterre - Guardiola, l'esthète catalan

Il a tout pour plaire: il aime le beau jeu, il porte en lui l'héritage du Barça de Cruyff et en plus, il gagne! Avec Pep Guardiola, Manchester City aura bientôt à sa tête l'un des meilleurs entraîneurs de sa génération.

Après avoir importé avec succès sa philosophie au Bayern Munich durant trois ans, même s'il a pour l'heure manqué un sacre en Ligue des champions, le Catalan se frottera la saison prochaine à la Premier League anglaise, son rêve.

Un rêve à double sens puisque évoluer sous ses ordres en est un aussi pour les joueurs. Le vibrant hommage que lui a rendu en décembre l'ailier brésilien Douglas Costa en dit long: "J'ai plus appris en cinq mois au Bayern qu'en cinq ans à Donetsk", c'est le "meilleur entraîneur au monde" et "chaque jour passé (avec lui) est instructif".

A 45 ans depuis le 18 janvier, Josep (son vrai prénom) Guardiola compte déjà 19 titres conquis avec le FC Barcelone et le Bayern depuis le début de sa carrière d'entraîneur en 2007.

C'est au Barça, club où il a été formé et a passé la majeure partie de sa carrière de joueur, que "Pep" a forgé sa conception du jeu.

Lancé sur le banc de la réserve en 2007, il a rapidement pris en main l'équipe première l'année suivante, pour en faire l'une des meilleurs formations de l'histoire avec un record de 14 trophées, dont deux Ligues des champions et trois Ligas.

Considéré comme "l'âge d'or" du Barça, son règne de quatre ans (2008-2012) a été marqué par les duels dantesques avec le Real Madrid de Jose Mourinho et l'éclosion au sommet de Lionel Messi.

- 'Cathédrale' -

Comme joueur, Guardiola était un milieu de terrain doué d'un sens aigu du jeu. Il l'a prouvé au sein de la "Dream Team" du Barça entraînée par Johan Cruyff au début des années 1990, avec les Michael Laudrup, Hristo Stoichkov et Ronald Koeman. Et a toujours revendiqué l'héritage du légendaire Néerlandais.

"Cruyff a construit la cathédrale. Nous l'avons seulement entretenue", a-t-il un jour déclaré.

Après quatre années brillantes mais usantes, notamment en raison des luttes intestines dans les hautes sphères du Barça, Guardiola décide en 2012 de quitter la région de son coeur pour prendre une année sabbatique.

"Nous jouions brillamment mais j'étais sur les rotules et je n'avais pas de nouvelles idées tactiques. C'est pour cela que je suis parti", se justifie-t-il.

A l'été 2013, choc culturel: direction la Bavière et le Bayern. Guardiola y arrive après le triplé historique réalisé par Jupp Heynckes.

Il s'y impose en appliquant les mêmes recettes à succès qu'à Barcelone: la possession de balle et le fameux "tiki-taka", ce jeu de petites passes rapides pour déséquilibrer l'adversaire.

Le Catalan complète le travail de son prédécesseur avec la Supercoupe d'Europe et le Mondial des clubs, avant de conquérir deux fois de suite le titre national et une Coupe d'Allemagne (2014). Il cède en revanche à deux reprises en demi-finales de la Ligue des champions face au Real Madrid puis contre... Barcelone.

Le 20 décembre dernier, le Bayern annonce le départ de Guardiola l'été prochain et son remplacement par un autre gros calibre, l'Italien Carlo Ancelotti.

Dans la foulée, alors que les spéculations sur la destination du Catalan agitent l'Europe du foot, le Chilien Manuel Pellegrini, qu'il remplacera finalement à Manchester City, livre cette prédiction: "Je ne sais pas si ce sera la saison prochaine, mais un jour il viendra ici. (...) Il pourrait être très important pour ce club".

bur-pr/ybl/dhe