NOUVELLES
31/01/2016 00:54 EST | Actualisé 31/01/2017 00:12 EST

Yémen: un officier blessé, ses 3 gardes du corps tués dans une attaque armée

Un général de l'armée a été grièvement blessé et ses trois gardes du corps tués dans une attaque armée dans le sud du Yémen, a indiqué dimanche une source de sécurité qui a accusé le groupe jihadiste Etat islamique (EI) de ce nouvel attentat.

L'attaque a eu lieu samedi soir dans la région de Dubba, près d'Al-Houta, chef-lieu de la province de Lahej, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur la voiture du général Hassan Salem Ahmed, blessant grièvement ce dernier et tuant trois de ses gardes du corps, a précisé la même source.

"Les assaillants seraient des membre de Daech (acronyme arabe de l'EI)", a ajouté cette source, laissant entendre que le groupe jihadiste élargissait le champ de ses opérations dans le Sud.

L'EI, qui avait signé ses premiers attentats au début de l'an dernier dans la capitale Sanaa en s'en prenant aux chiites qu'il considère comme des hérétiques, a concentré ses dernières opérations à Aden, la grande métropole du sud, depuis une sanglante attaque le 6 octobre contre le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Il a revendiqué les deux derniers attentats suicide à la voiture piégée, perpétrés jeudi et vendredi, à Aden, la capitale "provisoire" du Yémen, où les autorités pro-Hadi peinent à rétablir la sécurité.

Signe de la persistance de cette insécurité, un dignitaire sunnite salafiste, Samhane al-Raoui, enlevé samedi à Aden par des hommes armés, a été tué et son cadavre a été retrouvé dimanche à Khor Maksar, un quartier de la ville, selon des sources de sécurité.

L'homme, qui avait combattu dans les rangs des forces loyalistes pour la reconquête d'Aden, était "soupçonné d'avoir des liens avec des groupes extrémistes, dont Al-Qaïda", a indiqué l'une de ces sources sans être en mesure de préciser les motivations du rapt et du meurtre.

La province d'Aden et une grande partie du sud avaient été reprises aux rebelles chiites Houthis à la mi-juillet par les forces progouvernementales soutenues par la coalition arabe, intervenue en mars 2015 au Yémen sous commandement saoudien pour stopper ces rebelles pro-iraniens qui menaçaient de prendre tout le pays.

bur-faw/tm/hj