NOUVELLES
31/01/2016 05:53 EST | Actualisé 31/01/2017 00:12 EST

Un Palestinien blesse trois soldats israéliens près d'une colonie juive

JÉRUSALEM — Les forces israéliennes ont abattu un Palestinien, dimanche, après que ce dernier eut ouvert le feu à un poste de contrôle de Cisjordanie et blessé trois soldats, a annoncé l'armée de l'État hébreu.

L'incident s'est produit près de la colonie juive de Beit El. Selon des sources médicales, deux des blessés se trouvent dans un état critique.

Le tireur a été identifié par les autorités palestiniennes comme étant Amjad Sukkari, un policier âgé de 34 ans ayant travaillé comme garde du corps pour le procureur général palestinien.

Quelques heures avant l'attaque, l'homme avait publié plusieurs messages sur sa page Facebook semblant indiquer ses intentions, dont «nous n'avons aucune raison de vivre sur cette terre tant que l'occupation nous étouffera».

Les dirigeants du Hamas, le groupe islamiste qui contrôle la bande de Gaza, ont célébré l'attaque, la dernière d'une longue série d'assauts menés presque quotidiennement contre des civils et des militaires israéliens depuis la mi-septembre.

Plus tard dimanche, l'armée a révélé qu'un Palestinien avait tenté de percuter des soldats israéliens avec sa voiture dans le nord de Jérusalem. Les militaires ont ouvert le feu et blessé l'homme, qui a été transporté à l'hôpital pour être soigné.

Les attaquants palestiniens ont tué 26 Israéliens et en ont blessé des dizaines d'autres au cours des quatre derniers mois. Durant la même période, 150 Palestiniens sont tombés sous les balles israéliennes, dont 105 présumés assaillants. Les autres ont perdu la vie dans des affrontements avec les forces de l'État hébreu.

Israël soutient que ce bain de sang est commandité par les autorités palestiniennes alors que ces dernières affirment qu'il découle du désespoir engendré par près d'un demi-siècle d'occupation.

La semaine passée, le ministère français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait déclaré que son pays reconnaîtrait le statut d'État à la Palestine si ses efforts pour relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens dans le cadre d'une conférence internationale échouaient.

Lors de la rencontre hebdomadaire de son cabinet dimanche, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a cependant prévenu qu'un tel geste encouragerait les Palestiniens à se présenter à la table des négociations sans vouloir faire de compromis.