NOUVELLES
31/01/2016 02:31 EST | Actualisé 31/01/2017 00:12 EST

Espagne/FC Barcelone: près de trois ans d'enquêtes sur l'affaire Neymar

Convoqué mardi à Madrid en vue de son inculpation pour "escroquerie", le Brésilien Neymar a vu son quotidien empoisonné depuis trois ans par les multiples enquêtes judiciaires autour des conditions de son transfert au FC Barcelone en 2013 :

2013

- 26 mai: Neymar annonce sa signature au FC Barcelone. Egalement convoité par le Real Madrid, l'attaquant quitte le club brésilien de Santos pour une indemnité de transfert de 57,1 M EUR, selon le chiffre officialisé par le Barça.

- 18 décembre: après une plainte pour "appropriation indue" déposée par un des "socios" (supporteurs-actionnaires) du club, la justice espagnole commence à s'intéresser à l'opération. Pour enquêter sur ce possible délit, comparable en droit français à un abus de bien social, l'Audience nationale de Madrid ordonne au Barça de lui remettre les contrats liés au transfert.

2014

- 23 janvier: démission du président du FC Barcelone Sandro Rosell face au scandale soulevé par cette plainte. Son bras droit Josep Maria Bartomeu, alors vice-président, lui succède.

- 24 janvier: dans un exercice de transparence inhabituel dans le football, Bartomeu rend publics les divers contrats signés pour attirer Neymar au Barça. Le club chiffre à 86,2 M EUR l'addition des dépenses liées à l'arrivée du Brésilien, sans compter le salaire de base du joueur (8,8 M EUR bruts annuels).

- 30 janvier: la justice brésilienne commence à se pencher à son tour sur le transfert, soupçonnant Barcelone d'avoir dissimulé son montant réel. Le fonds d'investissement brésilien DIS, qui détenait 40% des droits sportifs du joueur au moment de son transfert, déclare vouloir "creuser" pour savoir s'il a été lésé.

- 20 février: la justice espagnole met en examen le FC Barcelone pour délit fiscal. Le juge de l'Audience nationale soupçonne que des contrats signés parallèlement à l'arrivée de Neymar aient pu être des montages pour dissimuler le montant réel du transfert.

- 24 février: le Barça verse au Trésor public espagnol une "régularisation volontaire" de 13,5 millions d'euros.

- 25 mars: dans une interview à l'AFP, le président Josep Maria Bartomeu évoque une "injustice" et se défend en assurant que le club ne peut pas "payer deux fois" les mêmes impôts en Espagne et au Brésil.

- 3 juin: l'ancien président barcelonais Sandro Rosell est inculpé pour "délit contre le Trésor public" espagnol.

- 1er octobre: la justice espagnole entend le père et conseiller de Neymar comme témoin.

2015

- 7 janvier: mis sous pression par plusieurs scandales extrasportifs, le président Josep Maria Bartomeu convoque les "socios" à des élections anticipées programmées l'été suivant.

- 3 février: Bartomeu est à son tour mis en examen en Espagne pour fraude fiscale présumée. Devant le juge, il se décharge sur son prédécesseur Sandro Rosell.

- 13 mars: la justice clôt l'instruction et fait état de possibles délits fiscaux. Le montant réel du transfert est établi à au moins 83,3 M EUR et la fraude présumée à quelque 13 M EUR. Le 23 mars, le parquet requiert des peines de deux ans et trois mois de prison pour Bartomeu, de sept ans et demi pour Rosell, et une amende de 22,2 M EUR pour le club.

- 13 mai: le Barça, Bartomeu et Rosell sont renvoyés devant un tribunal espagnol, à une date à déterminer.

- 29 mai: Santos annonce des poursuites devant la Fifa contre le Barça et Neymar pour irrégularités dans le coût du transfert.

- 17 juin: l'Audience nationale de Madrid ouvre une nouvelle enquête après une plainte pour "escroquerie" et "corruption entre particuliers" déposée par le fonds d'investissement DIS.

- 19 juillet: conforté par le triplé Liga-Coupe du Roi-Ligue des champions réussi au printemps, Bartomeu gagne l'élection à la présidence du club avec 54,63% des voix.

- 25 septembre: la justice brésilienne ordonne de geler 42,17 M EUR d'actifs de Neymar, accusé de fraude fiscale.

2016

- 13 janvier: Neymar est convoqué par un juge de l'Audience nationale espagnole en vue de son inculpation dans l'enquête pour "escroquerie". Il doit être entendu le 2 février à Madrid.

- 28 janvier: la justice brésilienne rejette un recours et contraint Neymar à payer environ 103.000 euros d'amende pour fraude fiscale lorsqu'il évoluait à Santos.

jed/es