NOUVELLES
31/01/2016 02:22 EST | Actualisé 31/01/2017 00:12 EST

Espagne/FC Barcelone: la justice rattrape l'étoile montante Neymar

La star montante du foot mondial rattrapée en plein envol : Neymar est convoqué mardi à Madrid en vue de sa mise en examen dans l'enquête pour "escroquerie" visant son transfert au FC Barcelone, un scandale qui poursuit l'attaquant depuis son arrivée en 2013.

En l'espace d'un mois, le fantasque Brésilien (23 ans) est passé du glamour d'un podium au Ballon d'Or à une convocation dans le bureau d'un juge espagnol.

C'est un rude retour sur terre pour Neymar et peut-être même une menace pour son avenir au Barça, alors que le club et le joueur discutent d'une prolongation de son contrat courant jusqu'en 2018.

Si le transfert du capitaine de la sélection brésilienne est une réussite sportive, les conditions de l'opération n'en finissent pas d'empoisonner son quotidien. Le scandale a éclaté en janvier 2014 et poussé le président barcelonais d'alors, Sandro Rosell, à la démission. Son ex-bras droit Josep Maria Bartomeu lui a succédé.

Accusés d'avoir dissimulé le montant réel du transfert à l'aide de contrats annexes, les dirigeants barcelonais ont vu s'amonceler les procédures pour fraude en Espagne, au Brésil et devant la Fifa. Rosell et Bartomeu sont en attente de jugement devant un tribunal espagnol pour délit fiscal présumé et risquent des peines de prison.

- Neymar face au juge mardi -

Dans un autre volet de l'affaire, voilà Neymar poursuivi pour "escroquerie" et "corruption" devant l'Audience nationale, tribunal espagnol spécialisé dans les affaires complexes.

Le fonds d'investissement brésilien DIS, qui possédait 40% des droits sportifs du joueur, a déposé plainte devant cette juridiction en estimant n'avoir pas eu connaissance du montant réel du transfert.

Dans un premier temps, le Barça avait officiellement chiffré l'opération à 57,1 M EUR (40 M pour la famille de Neymar et 17,1 M pour le club brésilien de Santos) mais la justice l'a finalement évaluée à 83,3 M EUR au moins.

DIS, qui avait reçu 6,8 M EUR sur les 17,1 M versés à Santos, estime avoir été doublement lésé. D'abord du fait des contrats annexes, dont le fonds n'a pas perçu sa part, et ensuite à cause d'un accord d'exclusivité entre le Barça et Neymar empêchant d'autres clubs de surenchérir.

Pour démêler l'affaire, le juge José de la Mata a convoqué lundi Sandro Rosell (9h00 GMT) et Josep Maria Bartomeu (10h30 GMT).

Puis mardi matin, ce sera au tour de Neymar (9h00 GMT).

- 'Machination' -

Son père et conseiller, Neymar Senior, et sa mère Nadine sont aussi cités à comparaître mardi mais des médias espagnols ont rapporté que les deux parents pourraient ne pas honorer leurs convocations, prévues respectivement à 10h00 GMT et 11h30 GMT.

Neymar est également dans la tourmente au Brésil, où la justice a gelé une partie de ses actifs (43,5 M EUR) pour fraude fiscale présumée en lien avec le transfert. Enfin, Santos a engagé des poursuites devant la Fifa.

Dans un contexte de défiance de la Catalogne vis-à-vis de Madrid, le club a dit voir un complot dans ces multiples procédures. "Il y a une machination à l'oeuvre et je suis certain qu'au final, on dira que Neymar était à Dallas le jour de la mort de Kennedy", a ironisé Carles Vilarrubi, l'un des vice-présidents du Barça, au micro de la radio RAC1.

Quelles conséquences auront ces démêlés sur le rendement et l'avenir du joueur, qui fête vendredi ses 24 ans ?

Pour l'instant, "Ney" ne semble pas affecté : auteur de 21 buts toutes compétitions confondues cette saison, le Brésilien est étincelant avec le Barça.

Mais demain ? Toutes ces tribulations peuvent peser sur la prolongation du contrat du joueur, successeur naturel de l'icône Lionel Messi (28 ans), lequel sera lui-même jugé fin mai en Espagne pour fraude fiscale présumée.

"Comment pouvons-nous prolonger si nous n'avons pas une stabilité fiscale ?", a ainsi relevé Neymar Senior en octobre dernier dans le quotidien catalan Sport. Interrogé fin décembre sur son avenir à Barcelone, le fils prodige est resté vague : "Je ne sais pas, la vie est très longue".

jed/es