NOUVELLES
30/01/2016 20:45 EST | Actualisé 30/01/2017 00:12 EST

En Birmanie, derniers préparatifs pour les députés pro-Suu Kyi

A Naypyidaw, la capitale administrative héritée de la junte, les députés du parti d'Aung San Suu Kyi s'installent dans de modestes résidences collectives, avant d'entrer à la Chambre lundi.

Parmi eux, Tin Thit, poète dissident, s'apprête à endosser ses habits neufs de parlementaire. Il se dit conscient de l'espoir placé en lui et ses collègues par une population ayant pu voter librement aux législatives de novembre 2015 pour la première fois depuis 25 ans.

"C'est notre responsabilité. Nous ferons le travail que nous avons à faire", explique Tin Thit, recevant l'AFP dans son modeste logis.

Celui qui n'avait jamais pensé jusqu'à peu devenir un politicien a réussi à défaire l'ancien ministre de la Défense Wai Lwin, candidat de l'USDP, le parti des héritiers de la junte ayant régné sur la Birmanie depuis 1962.

A 49 ans, Tin Thit est devenu le symbole de cette nouvelle génération de députés, les médias s'emparant de la belle histoire du "poète ayant défait un général".

Le symbole est d'autant plus fort que Tin Thit a réussi ce pari dans la circonscription de Naypyidaw, ville administrative de fonctionnaires et de militaires supposés fidèles au régime sortant des héritiers de la junte autodissoute en 2011.

Au total, comme lui, 390 députés de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) doivent prendre possession du Parlement lundi matin.

Seule une vingtaine d'entre eux a déjà une expérience parlementaire, dont Aung San Suu Kyi, qui passe de son statut de chef de l'opposition à celui de leader d'une majorité parlementaire de plus de 80%. Elle-même était entrée au parlement à la faveur de législatives partielles organisées en 2012 comme un premier signe de bonne volonté du gouvernement de transition.

Réélue dans sa circonscription de Kawhmu, elle n'a pas encore révélé comment elle entendait mettre en place ses réformes.

Mais le message qu'elle a fait passer à ses nouveaux députés est d'être irréprochables et tout entiers dévolus au bien collectif, dans ce pays où la corruption est un phénomène bien ancré.

Ces derniers jours, ses bataillons de députés novices ont été invités à observer la fin de la session parlementaire.

- Formations au métier de député -

Depuis plusieurs semaines, ils suivent des formations, mêlant rudiments de droit et sensibilisation aux rouages du jeu démocratique.

Depuis quelques jours, ils prennent conscience du sacrifice personnel que représente le fait de passer de longues sessions parlementaires à Naypyidaw.

Dans la capitale administrative, la vie n'a jamais vraiment pris, à part les bâtiments officiels et les résidences hôtelières, allant de la modeste auberge aux hôtels étoilés pour les hôtes de marque.

Fonctionnaires comme députés partent au moindre congé, leur famille étant restée à Rangoun, la capitale économique située à cinq heures de route, ou dans leur région d'origine.

Ici, ils découvrent la vie en communauté avec leurs pairs, dans ces résidences rudimentaires où ils ont une chambre individuelle, qu'ils payent généralement quatre dollars la nuit.

"On peut supporter cela, nous sommes venus ici pour le bien du pays", relativise un député de la NLD sous couvert de l'anonymat, rappelant que de nombre des nouveaux députés ont un passé de prisonnier politique et ne craignent donc pas l'absence de confort.

Le poète Tin Thit a lui même passé sept ans en prison pour des poèmes critiques de la junte.

Au-delà de la NLD, d'autres députés découvrent eux aussi pour la première fois la capitale administrative sortie de terre en 2005 dans le plus grand secret, érigée par des généraux paranoïaques.

Naypyidaw, la ville aux immenses avenues impeccables et vides, est impressionnante pour Cing Ngaih Mang, nouvelle députée d'un petit parti ethnique de l'Etat Chin.

"Notre région est un autre monde... La différence en termes de développement, c'est comme de comparer le ciel et la terre", explique celle qui s'est entraînée au protocole... en regardant la chaîne parlementaire.

hla-klm-dth/jr