NOUVELLES
31/01/2016 06:57 EST | Actualisé 31/01/2017 00:12 EST

600 chauffeurs de taxis réunis pour lutter contre Uber

Environ 600 chauffeurs de taxi se réunissent dimanche au Collège Maisonneuve, à Montréal, pour combattre le service de covoiturage Uber. 

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos, qui représente près de 4000 chauffeurs et propriétaires de taxis au Québec, a convoqué une assemblée générale extraordinaire pour discuter d'un plan d'action.

Les membres ont répondu en grand nombre à l'invitation. La rencontre a été tenue à huis clos.

Parmi les stratégies à élaborer pour contrer Uber, le regroupement pourrait décider d'intenter un recours collectif contre la compagnie et le gouvernement du Québec pour indemniser les chauffeurs de taxi. D'autres méthodes musclées sont également envisagées. 

L'avocat Marc-Antoine Cloutier a obtenu le mandat d'évaluer tous les recours juridiques possibles pour faire cesser les opérations de Uber, qualifiées d'illégales par le regroupement. Il explique que les chauffeurs de taxi sont exaspérés par la concurrence illégale de Uber, alors qu'ils payent leur permis et respectent les lois.

Les chauffeurs montréalais soutiennent par ailleurs que le marché n'est pas assez grand pour tout le monde. Ils demandent au gouvernement du Québec d'appliquer la loi sur l'industrie du taxi qui existe déjà.

« On travaille de façon légale. Tout ce qu'on demande au gouvernement, c'est d'appliquer ses propres lois, tout simplement. Ce n'est pas compliqué », a déploré l'un des chauffeurs présents à l'assemblée extraordinaire.

Avec les informations de Michel Marsolais et Jérôme Labbé