NOUVELLES
30/01/2016 01:19 EST | Actualisé 30/01/2016 01:19 EST

Essai Routier Hyundai Elantra 2017: difficile de prédire l'avenir (PHOTOS)

Si vous entendez beaucoup parler de Hyundai depuis quelque temps, c’est normal. La marque est en plein renouvellement de ses modèles les plus importants à commencer par la Sonata il y a quelques années et ensuite le Tucson en 2015. Il y a également eu cette annonce récente de l’introduction d’une nouvelle marque, Genesis, qui se positionnera de façon indépendante dans le créneau de la voiture de luxe.

Puis il y a la Hyundai Elantra 2017, dévoilée en novembre à Los Angeles et dont l’arrivée est prévue à la fin du mois de février chez les concessionnaires de la marque. Un coup d’œil rapide au classement des véhicules les plus vendus au Canada permet de constater que l’Élantra occupe une place de choix, mais elle est tout de même devancée par une rivale importante, la Honda Civic.

LIRE AUSSI :Hyundai déclare la guerre à la Prius avec la IONIQ

En effet, la Civic et l’Elantra se livrent une lutte acharnée depuis quelques années, mais c’est tout le temps la japonaise qui termine en première place. Hyundai souhaite évidemment que les améliorations apportées à cette plus récente génération puissent finalement permettre à sa compacte de devancer la Honda, mais en regardant de plus près la nature de ces ajustements, on se rend compte que Hyundai n’a pas sacrifié sa personnalité en élaborant la nouvelle Elantra 2017.

Entre la Civic, la Corolla et la Hyundai, il y a une différence notable au niveau du produit final. L’emphase est mise à différents endroits, et la conduite est suffisamment différente d’un modèle à l’autre pour dire que chaque modèle plaira à un type d’acheteur différent. Dans le cas de Hyundai, difficile de trouver une gamme de modèles aussi centrée entre confort et agrément de conduite. L’équilibre de cette nouvelle Elantra est son cheval de bataille principal.

Une nouvelle structure importante

La grande exclusivité de la voiture est sa structure baptisée SuperStructure. À travers les différentes publicités à venir du constructeur coréen, nous allons entendre ce nom souvent au cours des prochains mois.

Il s’agit de l’architecture sur laquelle est construite l’Elantra 2017. Concrètement, elle promet d’améliorer autant la conduite dynamique que le confort de roulement et la sécurité. Cette structure est composée à 53 % d’acier à haute résistance provenant de la division acier de Hyundai. L’avantage d’avoir sa propre aciérie est que nous obtenons des matériaux plus exotiques (comme ceux utilisés dans l’élaboration de la structure de l’Élantra) à plus faible coût. C’est donc un avantage compétitif non négligeable.

À cet acier s’ajoute une plus grande concentration d’adhésifs industriels en plus d'un processus de marquage à chaud qui ensemble créent une rigidité impressionnante.

Et la rigidité, dans n’importe quelle voiture, est importante. Une rigidité supérieure rend une voiture plus agile dans les courbes et plus facile (et agréable) à conduire, en plus de la rendre plus silencieuse en réduisant les bruits de carrosserie. Elle rend la voiture plus sécuritaire également en la rendant plus résistante aux impacts.

Concernant le premier point, je dois avouer avoir été impressionné par le comportement de l’Élantra 2017 sur les routes sinueuses entourant Victoria en Colombie-Britannique. La voiture semble former un ensemble cohérent autour du conducteur et s’avère très peu sautillante en plus d'être excessivement prévisible. Évidemment, ce n’est pas une voiture de course, mais elle est remarquablement posée sur la route et confère à son conducteur un sentiment de confiance immédiat. La Civic peut se vanter d’offrir presque le même sentiment, mais l’Élantra ajoute aussi une sensation de légèreté et de nervosité fort agréable.

À cela s’ajoute un intérieur parmi les plus silencieux du segment des berlines compactes. L’isolement que l’on ressent dans l’habitacle est notable. Si vous êtes à la recherche d’une voiture confortable dans ce créneau, sachez que l’Élantra 2017 n’a rien à envier à ses rivales. L’espace intérieur est dans la bonne moyenne pour la catégorie, tandis que l’espace de chargement (407 litres avec tous les sièges en place) est supérieur à bien des modèles similaires comme la Mazda3, la Toyota Corolla ou encore la Ford Focus. La Civic et la Nissan Sentra devancent la Hyundai de quelques litres à ce chapitre cependant.

Le tableau de bord est un exemple d’ergonomie, mais pas nécessairement de design. Le style de la console centrale est bien correct, mais c’est fade et l’effet « wow » n’y ait pas. En contrepartie, cela permet d’accéder très facilement à l’ensemble des commandes importantes et de rapidement trouver ce que l’on recherche.

C’est important, car la Hyundai Elantra 2017, il faut l’avouer, offre un niveau d’équipement fort intéressant et il fallait donc une élaboration intérieure réussie pour organiser le tout.

En premier lieu, les consommateurs qui n’aiment pas le froid seront heureux d’apprendre que les sièges chauffants seront de série sur toutes les versions de l’Elantra. Le prix de départ est fixé à 15 999 $, mais nous ne savons pas encore le prix des autres déclinaisons.

Ce qui est certain est que le constructeur coréen n’a pas lésiné sur les fonctions. Le modèle GL par exemple, celui qui devrait accaparer la majorité des ventes selon Hyundai, sera équipé d’un volant chauffant, des jantes de 16 pouces, les fonctions Android Auto et Apple CarPlay, la surveillance des angles morts et des feux à D.E.L. intégrés au pare-chocs avant.

Encore une fois nous ne connaissons pas le prix de cette version, mais cela ne devrait pas tarder.

La version GLS ajoute d’autres éléments comme les sièges chauffants à l’arrière, les sièges en cuir, le toit ouvrant et la climatisation à deux zones.

Les versions Limited auront droit à plusieurs systèmes de sécurité actifs comme c’est maintenant la norme dans le segment, et un coussin gonflable pour le genou du conducteur est de série. En combinaison avec la structure de la voiture, Hyundai s’attend à obtenir les meilleures notes en matière de sécurité autant de l’IIHS que de la NHTSA.

Manque de moteur

Toutes les Hyundai Elantra 2017 sont propulsées par le même moteur, un quatre cylindres de 2,0 litres à cycle Atkinson développant environ 147 chevaux et 132 lb-pi de couple. Ce dernier transmet la puissance aux roues avant grâce à une boîte automatique à six rapports en option, ou une manuelle à six rapports de série offerte uniquement sur le modèle de base.

Le moteur de l’Elantra fait un bon travail et s’avère difficile à critiquer. En contrepartie, il ne sort pas du lot par rapport à la compétition. Nous n’avons cependant pas les données officielles en matière de consommation, mais Hyundai promet une amélioration.

Comme c’est maintenant la norme chez les produits Hyundai, il est possible d’ajuster le comportement de la transmission, de la direction et du moteur selon trois modes : ECO, Normal et Sport. Ce dernier mode rend la voiture plus vivante et agréable tandis que le premier mode met l’accent sur l’économie. Contrairement à certains systèmes similaires, les différences se remarquent dans le comportement de la voiture en passant d’un mode à l’autre.

Si la gamme Elantra ne se démarque pas outre mesure en ce moment au niveau de la motorisation, du moins en termes tangibles sur la route, il faut savoir qu’une version SPORT est prévue sous peu. Il semblerait qu’elle mettra l’accent directement sur les performances, mais nous n’avons pas plus de détails.

La Hyundai Elantra 2017 est une nette amélioration sur le modèle qu’elle remplace. La première étape vers le sommet des ventes est donc réussie. Hyundai promet également d’être plus agressif au niveau de la location ce qui devrait aider à mousser les ventes. Pour le reste, ce sera aux consommateurs de décider si l’Elantra terminera au sommet des ventes canadiennes pour les voitures l’an prochain.

Ce qui est certain est que Hyundai a fait son travail.

Galerie photo Essai Routier Hyundai Elantra 2017: difficile de prédire l'avenir Voyez les images