NOUVELLES
29/01/2016 09:18 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

Syrie: trois civils tués lors de l'élimination d'un cyber-jihadiste (militaires américains)

Le bombardement américain qui avait éliminé le cyber-combattant du groupe Etat islamique Junaid Hussain le 24 août à Raqa (Syrie) a également tué trois civils qui se trouvaient à proximité, a reconnu vendredi l'armée américaine.

"Il est estimé que trois civils qui se trouvaient à proximité ont été tués dans les frappes, et que cinq autres ont été blessés", a indiqué dans un communiqué le Commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom).

Le communiqué reconnaît également les morts de deux autres civils dans une frappe de la coalition le 24 septembre près de Sinjar, dans le nord de l'Irak.

Ces annonces portent à 21 le nombre de victimes civiles probables reconnues officiellement par la coalition pendant ses frappes contre le groupe Etat islamique, qui ont débuté en août 2014.

"Nous regrettons profondément les décès et les blessures non-intentionnels provoqués par ces frappes", a indiqué le Centcom dans son communiqué.

La coalition ne reconnaît les victimes civiles de ses frappes qu'après une longue enquête.

Elle est accusée de largement sous-estimer leur nombre.

L'ONG Airwars basée à Londres, qui compare et compile les informations publiquement accessibles, estime que ces pertes pourraient en réalité se chiffrer en centaines, voire dépasser le millier.

Selon certaines sources, la coalition pourrait désormais accepter un risque supérieur de victimes civiles pour certains bombardements susceptibles de donner un avantage significatif à la coalition.

Junaid Hussain utilisait Twitter et les réseaux sociaux pour inciter des sympathisants de l'EI à travers le monde à mener des attaques de type "loup solitaire".

Selon des responsables américains, il était notamment impliqué dans la constitution et la diffusion au printemps d'une liste de 100 noms de militaires américains à abattre.

La coalition a mené près de 9.800 frappes depuis le début de la campagne contre les jihadistes.

lby/bdx