BIEN-ÊTRE
29/01/2016 03:26 EST

Regretter le prénom donné à son bébé

Yasin Emir Akbas via Getty Images
This picture was taken by 18mp Canon 600D with a 85mm prime lens.

Choisir un nom est une tâche délicate pour les futurs parents. Il y a tellement de choses à considérer: l’approbation de la famille, la signification, les surnoms potentiels et l’originalité. Vous passez donc des heures à penser, à chercher, puis, le jour venu, vous décidez. Je vous présente Rambo… Euh ! John Doe.

Pour certains parents, la joie d’avoir trouvé le nom parfait pour le nouveau bébé parfait fait parfois place à un sentiment beaucoup moins satisfaisant: le regret.

«J’ai de la difficulté à mettre en mots comment je me suis sentie lorsque Ryan est né», dit Elizabeth, 22 ans.

Son conjoint et elle se sont entendus sur le nom au milieu de la grossesse. Ils voulaient quelque chose de traditionnel, mais pas trop long, quelque chose de court qui serait facile à épeler et prononcer. Ils ont fait une courte liste et Ryan s’est avéré être le nom gagnant, alors ils ont commencé à le dire à leurs amis et à la famille. Par contre, lors de son «shower», avec toutes les décorations au nom de son nouveau bébé, la confiance d’Elizabeth a commencé à dégringoler. Peu de temps après la naissance de Ryan, elle savait que quelque chose n’allait pas.

«Toutes les fois que je disais son nom, ça ne sonnait pas bien. Je ne sais pas pourquoi, mais ça ne fonctionnait pas, dit-elle. C’est comme si c’était bon, mais pas pour lui.»

Pour plusieurs parents, la source de découragement part de la popularité. Prenons S, 40 ans, qui pour des raisons de vie privée a demandé à ce qu’on mentionne que la première lettre de son prénom. Elle a scruté une base de données des noms les plus populaires avant d’arrêter son choix sur Harper comme second nom pour son garçon né en 2007. C’était peu commun et neutre, pensait S à l’époque, avant que ce nom se retrouve sur la liste des plus populaires chez les filles aujourd’hui. Même chose pour Jill, 47 ans, qui a nommé son enfant Skylar, il y a 22 ans. Peu commun à ce moment, mais il se retrouve dans le top 50 aujourd’hui.

Les gens travaillent donc plus fort à chercher le bon nom qui amènera le moins de regret possible en optant souvent pour la simplicité.

Si cette option est bonne pour certains, elle devient le contraire pour certains parents. Danielle, 27 ans, a cherché longtemps pour trouver le nom de sa fille. Son choix s’est arrêté sur Evelia.

«Tout le monde me disait que c’était une mauvaise idée, mais j’aimais ce nom unique et je trouvais que ça sonnait bien, explique-t-elle. Il y avait quatre Danielle dans mes classes au secondaire, je me suis dit qu’au moins ma fille aurait un nom singulier.»

Elle n’avait pas pensé que sa fille, maintenant au primaire, pourrait un jour détester son prénom. L’enfant rappelle chaque année à sa mère, au début des classes, à quel point il est fâchant pour elle de devoir préciser la prononciation. Danielle assume encore son choix, mais elle regrette parfois puisqu’elle ne voulait pas causer de la peine à sa fille. Elle espère qu’elle finira par aimer son nom.

Parfois, les parents ont l’impression que de faire un changement légal est la seule option restante.

Quand Kelsi, 21 ans, était enceinte de son premier garçon, elle ne voulait pas lui donner le même prénom que son conjoint, Vinny. Elle voulait qu’il puisse avoir la liberté de faire son propre choix. Le couple avait alors décidé qu’Andrew serait le nom donné, mais, lorsque le bébé est arrivé, Kelsi n’a pas pu s’empêcher de penser qu’il ressemblait énormément à son père. Elle a donc eu le sentiment qu’Andrew n’était pas bon pour lui.

Six mois plus tard, au grand plaisir de son conjoint, Kelsi a décidé qu’ils devaient changer le prénom de leur enfant. Deux mois plus tard, il était officiellement un Vinny. Pendant près de deux semaines, la maman se surprenait à se mélanger. Sa famille a également eu du mal à s’adapter.

« Nous allons certainement parler de cette aventure à notre garçon, dit-elle. Nous allons lui dire: lorsque nous t’avons vu, nous avons su et nous avons changé ton prénom. Ton père t’aimait tellement qu’il voulait partager son prénom avec toi. Je pense qu’il aimerait savoir cette histoire. »

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

Galerie photo Des photos de naissance étonnantes réalisées sans Photoshop Voyez les images