Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas d’haltérophiles bulgares à Rio

Le Tribunal arbitral du sport (TAS), plus haute instance internationale, a rejeté l'appel de la Fédération bulgare d'haltérophilie qui contestait son exclusion des Jeux olympiques de Rio cet été.

Le TAS reconnaît ainsi le bien-fondé de la décision du président de la Fédération internationale, Tamas Ajan, d'avoir interdit à l'équipe bulgare de participer aux qualifications olympiques en raison de tests positifs chez 11 de ses athlètes.

L'histoire a éclaté en mars dernier. Dans la foulée des Championnats européens, les tests antidopage ont révélé la présence de stanozolol, un stéroïde anabolisant, pour de nombreux haltérophiles bulgares, huit hommes et trois femmes.

La délégation bulgare a donc quitté la compétition et ses 11 athlètes ont été bannis avant la tenue des mondiaux.

Selon ses propres règlements, la Fédération internationale peut imposer une expulsion à une entité nationale lorsqu'au moins neuf athlètes sont trouvés coupables de dopage.

Le TAS a toutefois retenu l'appel de la Fédération bulgare en ce qui a trait à l'imposition d'une amende de 500 000 $.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.