NOUVELLES
29/01/2016 05:49 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

Le pétrole ouvre en hausse à New York, continuant son rebond

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse vendredi à New York, les investisseurs essayant de se rassurer sur la demande mondiale et l'espoir d'une réduction de l'offre, afin de confirmer le rebond du marché observé cette semaine.

Vers 14H05 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars prenait 58 cents à 33,80 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex),après avoir gagné près de trois dollars lors des précédentes séances.

"On a l'impression que la production mondiale s'approche d'un plafond et cela suffit à donner un peu de soutien au marché, a jugé Phil Flynn, de Price Futures Group. "On est en train de réaliser que la Russie et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont pris peur face à l'effondrement des cours depuis le début de l'année. Elles se sont rendues compte que si le marché ne se stabilisait pas, la situation allait encore empirer."

Après une chute au plus bas depuis 2003, en premier lieu à cause d'une offre pléthorique, le marché s'est repris cette semaine après des déclarations russes laissant entendre que Moscou et l'Opep comptaient évoquer une réduction de 5% de leur production.

Ce fort rebond du marché, "malgré le haut niveau d'incertitude entourant la question de savoir si l'offre sera finalement réduite, est sans aucun doute dû en partie au fait que les prix ont souffert auparavant de chutes extrêmement prononcées", ont tempéré les experts de Commerbank, insistant sur l'instabilité très élevée du marché.

Dans les échanges électroniques hors séance, les cours se sont d'ailleurs orientés dans le rouge entre jeudi et vendredi, d'autant qu'un membre du gouvernement russe, Arkadi Dvorkovitch, a relativisé les espoirs d'un accord avec l'Opep.

"Si les espoirs du marché étaient déçus et si tout cela ne se révélait être qu'un jeu, les cours rechuteraient inévitablement", ont prévenu les experts de Commerzbank.

Toutefois, pour M. Flynn, le marché est en mesure de rebondir sur d'autres éléments que la perspective d'une réduction de l'offre.

"La grande nouvelle du jour, c'est le fait que le Japon a mis en place des taux d'intérêt négatifs", a-t-il noté en référence à l'annonce de mesures inattendues par la banque centrale nippone.

"Si l'on continue à voir les banques centrales soutenir l'économie, cela donnera une nouvelle raison de croire à une amélioration de la demande de pétrole", a-t-il conclu.

jdy/jld/vog