NOUVELLES
29/01/2016 06:27 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

Le petit-fils de Khomeiny va faire appel de la décision de l'écarter de prochaines élections

Hassan Khomeiny, proche des réformateurs et petit-fils du fondateur de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Khomeiny, a annoncé vendredi qu'il allait faire appel de la décision de ne pas retenir sa candidature à de prochaines élections.

Le fils de Hassan Khomeiny avait annoncé mardi que son père, un religieux de rang intermédiaire âgé de 43 ans, ne pourrait concourir le 26 février pour un siège à l'Assemblée des experts, institution composée de religieux chargés de nommer, surveiller et éventuellement démettre le guide suprême.

La décision a été prise par le Conseil des gardiens de la constitution qui a la haute main sur les élections en Iran. Cette instance dominée par les conservateurs avait estimé ne pas avoir pu "vérifier les compétences" religieuses de Hassan Khomeiny.

"Que certains honorables membres du Conseil des gardiens n'aient pas pu établir mes qualifications (...) est une surprise pour moi et de nombreux autres", a écrit Hassan Khomeiny sur le service de messagerie instantanée Telegram et sur le site internet lié à la famille Khomeiny.

Il a précisé qu'il ferait appel de la décision du Conseil "à la demande du public et de certaines figures religieuses et politiques", mais sans se faire d'illusion sur le résultat.

"Je ne crois pas que l'appel puisse ouvrir de nouvelles portes" et si les membres du Conseil des gardiens "n'ont pu établir mes qualifications au travers des témoignages de grands ayatollahs, de mes conférences et de mes écrits, il est peu probable qu'il le fassent à l'avenir", estime-t-il.

Il a noté que les compétences religieuses de certains candidats avaient été reconnues par d'autres "moyens qu'un examen" de théologie auquel il ne s'était pas présenté début janvier.

Hassan Khomeiny n'a pas de position politique officielle. Il est juste chargé de gérer le mausolée de l'imam Khomeiny dans le sud de Téhéran.

Il est aussi considéré comme le chef de la famille depuis le décès des fils de l'imam Khomeiny, qui fonda la République islamique en 1979 et reste une référence importante dans la vie politique iranienne.

Ses partisans estiment que Hassan Khomeiny a le rang religieux lui permettant d'interpréter l'islam en se basant sur sa propre connaissance théologique.

Ces derniers mois, les responsables et médias réformateurs ont largement fait campagne pour sa candidature. Il est très populaire au sein de l'électorat modéré mais régulièrement critiqué par les ultraconservateurs.

an-stb/bpe