NOUVELLES
29/01/2016 04:49 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

Le climat québécois met la province à l'abri du virus Zika

Malgré la confirmation d'un cas au Québec, le directeur national de la santé publique estime que les risques de contracter la maladie au Québec sont pratiquement nuls.

Le directeur national de santé publique, le docteur Horacio Arruda, tient à rassurer la population québécoise en précisant que la personne ayant contracté le virus a effectué un voyage à l'extérieur du pays.

Le virus est transmis aux humains par une piqûre de moustique qui n'est pas présent au Québec en raison de l'hostilité de son climat.

« Les Québécois qui voyagent dans des pays où le virus et les moustiques vecteurs sont présents pourraient y être exposés et développer des symptômes de leur infection de retour au pays, explique M. Arruda. Toutefois, une très forte majorité de gens qui contractent ce virus sont asymptomatiques, et dans le cas où une personne ressent des symptômes, ceux-ci sont généralement bénins. »

De plus, les personnes infectées ne sont pas contagieuses.

Danger pour les femmes enceintes

Le virus Zika, qui a des conséquences mineures sur les personnes atteintes, s'attaque plus sévèrement aux bébés portés par des mères infectés au cours de leur grossesse. Le virus peut entraîner d'importantes complications chez les bébés portés par des mères infectées.

« Les femmes enceintes, tout comme les femmes qui souhaitent devenir enceintes, et qui prévoient voyager dans les régions où ce virus circule sont invitées à en discuter avec un professionnel de la santé », a déclaré M. Arruda. Ce dernier rappelle l'importance de se protéger des piqûres de moustiques lors de voyages dans des zones identifiées comme étant à risque pour les maladies suivantes : Zika, Chikungunya, malaria, dengue.

De leur côté, les autorités de la Santé publique du Canada feront le point sur les mesures prises par le pays pour contrer le virus Zika à 13 h cet après-midi.

La période d'incubation du virus Zika est de 2 à 7 jours.