NOUVELLES
29/01/2016 05:43 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

La Roumanie interdit à son tour le tabac dans les lieux publics fermés

La Roumanie, l'un des derniers pays de l'Union européenne à ne pas imposer de restrictions aux fumeurs, a interdit vendredi le tabac dans les lieux publics clos et les aires de jeu.

"La Roumanie figurait parmi les derniers pays de l'UE où une telle interdiction n'existait pas", a déclaré à l'AFP une conseillère du ministère de la Santé, Magdalena Ciobanu, précisant que la République tchèque est pour sa part en train de durcir la législation en la matière.

Adoptée fin décembre après une longue bataille juridique entre des élus affirmant "défendre les droits de l'Homme" et des partisans du "droit à la santé", cette loi prévoit l'interdiction de fumer dans des espaces publics fermés, y compris les clubs et les bars, ainsi que sur les lieux de travail.

En revanche, il sera toujours possible de fumer dans des espaces spécialement aménagés dans les aéroports et les prisons.

Ces dispositions ont été qualifiées de "discriminatoires" par les adversaires de la loi, qui l'ont contestée auprès de la Cour constitutionnelle. Leurs arguments ont été réfutés cette semaine par les juges.

"Il s'agit d'une décision historique de la Cour, qui statue que fumer n'est pas un droit de l'Homme", a estimé Mme Ciobanu.

La Roumanie avait introduit dans un premier temps l'obligation pour les restaurants de proposer des espaces non fumeurs, mais ce texte n'avait pas été respecté.

Contraints désormais d'interdire complètement le tabac à l'intérieur, les patrons de restaurants et de clubs disent s'attendre à une baisse de leur chiffre d'affaires.

Selon un sondage réalisé par l'Institut IRES et publié mercredi, près de quatre Roumains sur cinq se déclarent toutefois favorables à l'interdiction de fumer dans les endroits clos et seul un sur dix s'y oppose.

Par ailleurs, le chiffre des fumeurs a nettement baissé: si 28% des Roumains âgés de plus de 15 ans déclaraient en 2009 fumer quotidiennement, ils ne sont plus aujourd'hui que 18%. Les trois quarts (75%) des personnes interrogées affirment ne pas fumer.

mr/pyv