NOUVELLES
29/01/2016 07:31 EST | Actualisé 29/01/2017 00:12 EST

De sa prison, Carlos poursuit un expert psychiatre et gagne

Carlos, grande figure du terrorisme des années 1970-1980, a eu gain de cause contre un psychiatre qui, après l'avoir examiné en prison en France, avait évoqué dans la presse sa "vacuité psychique".

Le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative française, a donné raison cette semaine au Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, qui depuis sa prison française attaquait un expert psychiatre reconnu, le Dr Michel Dubec, pour violation du secret médical.

Le Conseil d'Etat a ainsi confirmé mercredi une sanction d'interdiction d'exercer la médecine pendant un mois contre le médecin.

Emprisonné en France depuis 1994, Carlos reprochait à Michel Dubec, qui avait été désigné en 1994 pour réaliser son expertise psychiatrique et l'avait ainsi rencontré en détention, d'avoir ensuite violé le secret médical.

En cause, un article paru le 29 mars 2012 dans le quotidien Le Figaro, dans lequel le médecin évoque la "vacuité psychique" de plusieurs auteurs de faits criminels, parmi lesquels Carlos.

Ce dernier avait alors porté plainte et fini par obtenir gain de cause devant la chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins, qui avait décidé de sanctionner M. Dubec.

L'expert, qui est intervenu dans de nombreuses affaires célèbres, comme l'an dernier au procès très médiatisé d'un octuple infanticide dans le Nord de la France, avait ensuite tenté de faire annuler cette sanction au Conseil d'Etat, sans succès.

aue/thm/mw/ger