NOUVELLES
28/01/2016 06:49 EST | Actualisé 28/01/2016 07:15 EST

Prévenir le suicide dans le milieu de travail (VIDÉO)

« Personne à mon sens ne veut vraiment mourir, les gens veulent arrêter de souffrir », a déclaré le cofondateur et président exécutif du conseil d’administration de Cascades, Alain Lemaire, à l’occasion du lancement jeudi matin de la de la Semaine nationale de prévention du suicide qui aura lieu du 31 janvier au 6 février.

Le chef d’entreprise québécois était présent aux côtés de l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et l'Ordre des psychologues du Québec afin de souligner pour cette 26e édition l’importance de « sensibiliser encore plus d’employeurs à prendre des moyens plus pointus », en matière de prévention du suicide.

Galerie photo Lancement de la Semaine de prévention du suicide Voyez les images

Cascades, dit-il, possède par exemple des personnes de référence en dehors du département des ressources humaines, ainsi que plusieurs dizaines de travailleurs qui ont reçu la formation Sentinelles. Ce programme offert aux citoyens par l’AQPS permet de reconnaître les signes de détresse chez une personne à risque, d’établir un lien avec celle-ci et de la diriger vers les ressources adaptées.

La présidente de l’ordre des psychologues du Québec, Dre Christine Grou, explique qu’il faut être à l’écoute. « Dans le discours de la personne, tous les éléments d’auto-dépréciation, tous les éléments de désespoirs […]», additionnés à un isolement volontaire peuvent être par exemple des signes de détresse.

« La détresse psychologique a mille visages, mille causes », dit-elle. Le milieu de travail n’en est souvent pas la seule, ajoute-t-elle, mais « le niveau de performance attendu, […] moins de liens qui se développent avec nos collaborateurs, la compétitivité», peuvent être des facteurs.

Dans les pays développés, 35 à 45% des absences du lieu de travail sont dues à des problèmes de santé mentale, et environ 90% des personnes qui ont mis fin à leurs jours avaient un trouble mental dit le directeur de l’APQS, Jérôme Gaudreault. « On doit utiliser le milieu du travail pour faire de la prévention, pas nécessairement parce que le milieu du travail est plus difficile, mais parce que c’est un endroit où l’on peut détecter les personnes vulnérables », dit–il.

Avec les bons outils, le travail peut être « une source d’intégration qui donne un sens, une utilité, et un réseau social », dit-il. « Ça peut devenir le dernier rempart qui soutient ceux et celles qui sont les plus vulnérables. »

Faits saillants en 2013 au Québec :

  • 1101 personnes ont mis fin à leurs jours en 2013.
  • En moyenne, 76 personnes font une tentative de suicide par jour.
  • Les hommes de 35 à 64 ans représentent le groupe le plus à risque.

Pour plus de renseignements ou pour demander de l’aide, l’AQPS a mis à disposition une ligne d’intervention gratuite: 1 866 277-3553

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Combattre la dépression saisonnière Voyez les images