NOUVELLES
27/01/2016 09:54 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Virus Zika : la présidente du Brésil appelle à une lutte régionale

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a appelé mercredi les pays d'Amérique latine et des Caraïbes à adopter une stratégie régionale pour combattre le virus Zika, et annoncé une réunion des ministres de la Santé du Mercosur mardi prochain en Uruguay.

Mme Rousseff, qui participait au sommet de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) à Quito, a déclaré avoir "proposé une action de coopération dans la lutte contre le virus Zika", lors de son intervention devant ses homologues des 33 pays de la région.

"Nous allons tenir une réunion du Mercosur (le marché commun sud-américain, ndlr) mardi à Montevideo, ouverte à tous les pays de la Celac ou de l'Unasur (Union des nations sud-américaines, ndlr)", a-t-elle ajouté devant la presse, avant de quitter le sommet.

La veille, Mme Rousseff avait annoncé que son gouvernement intensifiait ses mesures contre la propagation de la maladie, en la combattant "maison par maison".

Le virus Zika - transmis par le moustique tigre, l'Aedes aegypti, qui peut aussi être porteur de la dengue et du chikungunya - provoque des symptômes grippaux bénins. Il n'y a ni traitement préventif, ni vaccin.

Chez les femmes enceintes, le virus peut être transmis au foetus et est soupçonné d'entraîner des malformations congénitales graves, telles que la microcéphalie, voire la mort.

Le Brésil est le pays le plus touché, avec 3.893 cas de microcéphalie (dont 49 décès), contre seulement 147 en 2014.

La Colombie, deuxième pays touché avec plus de 13.800 cas de Zika confirmés, dont 890 femmes enceintes, a décrété mardi le premier niveau d'alerte, verte, afin que les hôpitaux se préparent à répondre à une expansion de cette maladie transmise par les moustiques.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Zika, déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, va continuer à s'étendre, "un sérieux sujet d'inquiétude, étant donné surtout le lien éventuel entre une infection pendant la grossesse et des bébés nés avec une petite tête", selon sa directrice générale Margaret Chan.

jm-fpp/ka/mr