NOUVELLES
27/01/2016 07:11 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Un haut responsable russe propose de "fouetter" des opposants libéraux

Un haut responsable russe a proposé mercredi de "fouetter" des opposants libéraux à Vladimir Poutine, apportant ainsi son soutien au président tchétchène Ramzan Kadyrov qui avait provoqué une polémique en Russie après les avoir qualifiés d'"ennemis du peuple" et de "traîtres à la patrie".

Ramzan Kadyrov "aurait peut-être pu utiliser une formule plus politiquement correcte, mais au fond, cette personne a raison et il nous faut en effet nous débarrasser de la +cinquième colonne+ dans la politique russe", a déclaré Igor Kholmanskikh, le représentant plénipotentiaire du président Poutine dans la région de l'Oural, cité par l'agence Interfax.

Il a rappelé ensuite un livre populaire soviétique dont un personnage s'était fait "fouetter dans la cuisine" parce qu'il oubliait d'éteindre la lumière dans les toilettes.

"Je pense qu'il faut agir à peu près de la même manière avec les opposants" qui ne font pas partie de l'opposition représentée au parlement, a estimé M. Kholmanskikh.

Ancien employé d'une usine de chars d'assaut, OuralWagonZavod, à Nijni Taguil, dans l'Oural, Igor Kholmanskikh s'était fait connaître en 2011 lors d'un échange par vidéo-conférence avec Vladimir Poutine, quelques jours après la première d'une série de manifestations massives de l'opposition à Moscou.

Il avait alors proposé de venir défendre M. Poutine dans la rue avec ses camarades contre les manifestants.

En mai 2012, le président russe a nommé M. Kholmanskikh représentant plénipotentiaire dans la région de l'Oural.

L'homme fort de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a provoqué une polémique en Russie la semaine dernière en se prononçant publiquement pour l'internement en hôpital psychiatrique des "traîtres à la patrie" et "ennemis du peuple", opposition libérale et médias indépendants.

Évoquant notamment la radio indépendante Echo de Moscou, la télévision Dojd et le quotidien RBK, M. Kadyrov s'était proposé dans une tribune de traiter médicalement leur "psychose" pour "sauver la Russie".

mp/nm/lpt