NOUVELLES
27/01/2016 10:27 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Un garçon de six ans hérite de son père, un prêtre catholique polonais

VARSOVIE, Pologne — Un tribunal polonais a conclu qu'un garçon de six ans était le seul héritier de son père, un prêtre de haut rang dans ce pays encore dominé par la religion catholique.

L'héritage du père Waldemar Irek, mort en 2012 à l'âge de 54 ans, occupe le tribunal depuis qu'on a appris que le prêtre avait entretenu une liaison amoureuse avec la mère du garçon. On a même exhumé le corps du défunt pour obtenir son empreinte d'ADN.

Le père Irek avait été recteur de la Faculté papale de théologie à Wroclaw, dans le sud-ouest de la Pologne. La mère et la nièce du père Irek tentaient elles aussi d'obtenir l'héritage.

À cause des allégations de la mère du garçon, Wieslawa Dargiewicz, les autorités religieuses ont renoncé à réclamer les biens du défunt.

Selon Marek Poteralski, porte-parole du tribunal de Wroclaw, la cour a tranché lundi dernier que le garçon était le plus proche membre de la famille du père Irek, et qu'il était donc son seul héritier. 

La mère du garçon soutient que le père Irek «avait promis de tout laisser» au garçon. Elle s'est dite heureuse et satisfaite du verdict, «après avoir traversé l'enfer, les humiliations et la douleur».

«Mon fils aura droit à au moins une partie de ce que son père lui avait promis», a indiqué Mme Dargiewicz.

Selon la station de télévision TVN24, le père Irek possédait une maison, une voiture mais aussi de précieux meubles anciens et des oeuvres d'art.

La cause pourrait être maintenant portée en appel par la mère et la nièce du père Irek.