DIVERTISSEMENT
27/01/2016 09:16 EST | Actualisé 28/01/2016 12:09 EST

Le Taverne Tour s'apprête à agiter l'Avenue du Mont-Royal

Courtoisie

Les usagers de la ligne orange du métro auront sûrement aperçu à la sortie de la station Mont-Royal l’affiche de Taverne Tour, avec sa programmation inscrite blanche sur noir. Les autres la verront passer sur Facebook à travers plusieurs événements alléchants: Galaxie en spectacle à la Taverne Saint-Sacrement (rendu complet en deux heures), Julien Sagot (ex-Karkwa) au Verre Bouteille ou encore The Well, tout droit venu d’Austin, Texas, à la Taverne Normand.

Taverne Tour - Avenue Mont Royal - 4, 5, 6 février 2016 from Taverne Tour on Vimeo.

C’est à peu près la seule promotion faite par les organisateurs de l’événement, également initiateurs de l’Autre St-Jean. Non pas par négligence, mais parce que la première édition du Taverne Tour qui se déroulera du 4 au 6 février dans neuf tavernes de l’Avenue du Mont-Royal a conquis en très peu de temps à la fois les groupes, les propriétaires des lieux, la Société de Développement de l’Avenue Mont-Royal et le public, en témoigne le résultat de la billetterie.

L’idée : sortir les groupes des salles de spectacles classiques pour les emmener fouler le plancher des lieux de sortie emblématiques de l’artère. Marilyne Lacombe, co-fondatrice de l’événement, résume l’esprit: « On voulait que ce soit rock, que ça bouge, qu’en se promenant sur Mont-Royal on entende qu’il se passe quelque chose. ».

L’idée de départ est lancée au mois de novembre. Lacombe et son co-équipier Pierre Thibault (également co-fondateur de L’Autre Saint-Jean et co-propriétaire de la Taverne Saint-Sacrement) parviennent à réunir du beau monde en très peu de temps, des artistes locaux et internationaux immédiatement séduits par le concept, son esprit DIY et alternatif.

Le gros défi reste logistique : l’équipe, clé en main, va installer son équipe de techniciens et le matériel accumulé dans les établissements pour rendre ces soirées retentissantes. Aux artistes ensuite de s’adapter avec ces conditions inhabituelles. Le coup d’envoi sera lancé jeudi 4 février avec une manœuvre audacieuse qui est de faire jouer Galaxie devant 125 personnes à la Taverne du Saint-Sacrement puis les festivités se poursuivront le vendredi avec Les Marinellis et Crushed Out chez Baptiste, Prieur & Landry aux Torchés et les Deuxluxe au Barraca.

Le samedi, place aux Revenants au Jono Bar, Julien Sagot, le percussionniste de Karkwa, présentera son projet solo au Verre Bouteille, The Brooks iront au Pub West Shefford tandis que la Taverne Normand revêtira ses habits psychédéliques pour accueillir The Well et Uubbuurruu. L’événement se conclura à partir de 23h30 avec un afterparty au Mata Hari Bar Salon en présence des DJs Mondowski et Paolo Cortes et du projet Herman.

Une deuxième édition en route

Les organisateurs ont réalisé un tour de force avec cet événement hybride, à mi-chemin entre un festival et une manifestation musicale, en faisant jouer des artistes locaux et internationaux dans des lieux inusité et intimistes, pendant une période plutôt creuse culturellement. S’ajoute à cela leur volonté de rendre à l’Avenue ses lettres de noblesse. Voilà pourquoi la Société de Développement de l’Avenue du Mont-Royal a rapidement donné son feu vert au projet accompagné d’un sacré coup de pouce et d’une entente de deux ans. Les pistes de réflexions sont déjà lancées pour l’année prochaine : créer une synergie et donc impliquer davantage d’acteurs de cette artère, sortir les événements sur la rue, se regrouper autour d’un méchoui… « provoquer l’inattendu », conclu Marilyne Lacombe.

Détails sur la page Facebook et le site Internet.

Galerie photo10 salles de spectacles à découvrir absolument... Voyez les images

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter