NOUVELLES
27/01/2016 06:29 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Syrie: la branche d'Al-Qaïda se renforce à Alep (ONG, Nosra)

Le Front Al-Nosra, branche d'Al-Qaïda en Syrie, a renforcé sa présence à Alep, la grande ville divisée du nord où le régime envisage de lancer une vaste offensive, selon une vidéo du groupe et une ONG.

Al-Nosra a "installé de nouvelles positions" dans plusieurs quartiers d'Alep et envoyé "un important convoi de 200 véhicules transportant des hommes armés", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

D'après cette ONG qui dispose d'un large réseau de sources sur le terrain en Syrie, le convoi a fait cette démonstration de force dans des quartiers de l'est de la ville, contrôlé par les rebelles.

La branche d'Al-Qaïda a diffusé sur ses comptes Twitter une vidéo montrant des dizaines de véhicules tout-terrain transportant des hommes armés --certains en treillis et portant des drapeaux noirs-- défiler dans les rues.

La vidéo est intitulée "Des convois des moujahidines se dirigent pour renforcer les fronts à Alep".

A la mi-janvier, une source de sécurité avait affirmé à l'AFP que les combattants prorégime étaient sur le point de lancer une offensive majeure pour reprendre le contrôle de la province d'Alep et couper l'accès des rebelles à la deuxième ville de Syrie.

Selon M. Abdel Rahmane, "la démonstration de force" d'Al-Nosra "pourrait signifier qu'elle se prépare à prendre le commandement d'éventuelles futures batailles à Alep, face à l'affaiblissement des groupes rebelles dans la ville".

Ainsi, le mouvement Noureddine Zinki, groupe rebelle islamiste dit modéré et fort de 4.000 hommes "compte se retirer complètement du front d'Alep en raison d'un manque de financement qui fait qu'il n'arrive plus à réparer ses véhicules ou à nourrir ses combattants", d'après le directeur de l'OSDH.

Selon lui, le convoi d'Al-Nosra est venu de la province d'Idleb (nord-ouest), son principal bastion aux côtés de groupes rebelles alliés depuis qu'il en a chassé le régime à l'été 2015.

Alep, ancienne capitale économique, est ravagée par les violences depuis 2012 et divisée entre quartiers ouest contrôlés par le gouvernement et quartiers est sous contrôle rebelle. La province d'Alep est en grande majorité aux mains d'Al-Nosra et de ses alliés islamistes, ou du groupe jihadiste Etat islamique.

lar/ram/jri