NOUVELLES
27/01/2016 17:19 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Soutiens sud-américains pour un second mandat de Lagarde au FMI

Quatre pays sud-américains --Chili, Colombie, Mexique et Pérou-- ont apporté mercredi leur "fort" soutien à la candidature de la Française Christine Lagarde pour un deuxième mandat à la tête du Fonds monétaire international.

"Sous le leadership de Madame Lagarde, le Fonds a amélioré son approche des défis très complexes auxquels est confrontée l'économie mondiale et a accordé une importance particulière au fait d'aider les économies émergentes à juguler leurs difficultés économiques", indiquent dans un communiqué commun les ministres des Finances de "l'Alliance Pacifique" qui regroupe ces quatre pays.

Arrivée à la tête du FMI en juillet 2011, Mme Lagarde a officiellement lancé sa candidature vendredi à un deuxième mandat et a déjà reçu des soutiens de poids, dont celui de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni.

A six mois de la fin de son mandat actuel, ces nouveaux soutiens venus d'Amérique Latine ne font que consolider la position de la dirigeante, qui devrait, sans mal, se succéder à elle-même.

L'adoubement du Mexique est particulièrement précieux puisque ce pays avait, en 2011, soutenu la candidature du gouverneur de sa banque centrale, Agustin Carstens, face à Mme Lagarde.

L'ancienne ministre de l'Economie a certes été renvoyée en décembre devant la justice française pour sa "négligence" supposée dans l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais mais elle a fait appel de cette décision et a déjà reçu le soutien du conseil d'administration du FMI qui lui a réaffirmé sa "confiance".

Les éventuels autres candidats ont jusqu'au 10 février pour se faire connaître et la décision finale sera prise d'ici au début mars par le conseil d'administration du FMI, qui représente les 188 Etats-membres de l'institution.

Selon les termes d'une règle tacite en vigueur depuis la création de ces deux institutions, les Européens désignent un des leurs à la tête du FMI tandis que les Américains se réservent la présidence de la Banque mondiale.

jt/faa