NOUVELLES
27/01/2016 00:00 EST | Actualisé 26/01/2017 00:12 EST

Recul des droits de l'Homme en Europe dû aux attentats et à la crise migratoire (HRW)

Les craintes suscitées par les attentats islamistes en France et l'afflux de migrants ont fait reculer les droits de l'Homme en Europe en 2015, a soutenu mercredi l'organisation Human Rights Watch (HRW).

Si les rapports précédents de cet organisme de défense des droits de l'Homme se concentraient sur les zones de conflit, celui de l'année 2015 s'ouvre sur la crise des migrants et les mesures prises en Europe après les attentats en France.

"Les craintes d'attaques terroristes et l'impact potentiel d'un afflux de réfugiés ont mené à une réduction visible des droits de l'Homme en Europe et dans d'autres régions", juge Kenneth Roth, le directeur de l'organisation dans une étude de plus de 650 pages parue mercredi.

Dans la foulée des attentats du 13 novembre à Paris, les élus français ont adopté une loi prolongeant de trois mois l'état d'urgence, élargissant le régime des assignations à résidence à toute personne à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité, et simplifiant les perquisitions sans passer par l'autorité judiciaire.

Or ces mesures "soulèvent des inquiétudes" quant aux libertés de mouvement, d'association et d'expression, estime HRW qui s'inquiète aussi des méthodes de la police française quand elles se basent sur l'apparence (délit de faciès). "Le manque de contrôle judiciaire (des perquisitions, ndlr) rend encore plus probable les (contrôles) au faciès de jeunes hommes musulmans", tranche M. Roth.

Ce dernier tacle aussi "une islamophobie flagrante et une diabolisation sans honte des réfugiés" aux Etats-Unis, où le candidat à l'investiture républicaine à la Maison Blanche, Donald Trump, a suggéré de fermer les frontières aux musulmans, mais aussi en Europe, où des élus affirment craindre de voir des jihadistes infiltrer les migrants venus de Syrie ou d'Afghanistan.

gl/are