NOUVELLES
27/01/2016 08:00 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Les parlementaires français votent sur la sédation terminale, non l'euthanasie

PARIS — La chambre basse du parlement français a adopté mercredi une loi qui pourrait permettre aux médecins de maintenir en sédation les patients en phase terminale jusqu'au moment de leur mort.

La loi fera l'objet d'un dernier vote au Sénat au cours des prochaines heures, au terme d'années de débat et d'un long parcours parlementaire.

Si elle est adoptée, la loi autorisera les patients à demander une «sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience, maintenue jusqu'au décès», mais seulement lorsque leurs problèmes de santé sont susceptibles d'entraîner leur mort à court terme.

Les médecins pourraient interrompre les traitements de prolongation de la vie, comme la nutrition et l'hydratation artificielles. La sédation et les analgésiques seront autorisés, même s'ils peuvent abréger la vie du patient.

La loi s'appliquerait tout autant aux patients qui sont incapables d'exprimer leur volonté, après un processus qui inclut une consultation des membres de la famille.

La «sédation terminale» maintient les patients endormis jusqu'au moment de leur mort, ce qui peut prendre plusieurs semaines. La méthode ne provoque toutefois pas directement leur décès. Certains médecins estiment que l'euthanasie serait possiblement une alternative plus humaine, puisque les patients pourraient en venir à mourir de faim.