NOUVELLES
27/01/2016 09:31 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Lac-Mégantic : un survivant dénonce le processus de répartition des indemnités

Les premières sommes du fonds d'indemnisation des victimes de la tragédie de Lac-Mégantic n'ont pas encore été versées que déjà, certains mettent en doute le processus de répartition des indemnités.

Christian Lafontaine est l'un d'eux. Il a perdu un frère et deux belles-sœurs dans la nuit du 6 juillet 2013. En guise de compensation, il recevra un chèque de 17 000 $, une fois que seront remboursés les frais d'avocat. Or, il rappelle que des survivants ayant vécu un choc post-traumatique, mais n'ayant pas perdu de proche, recevront un montant plus élevé. Quelqu'un, par exemple, qui se trouvait au centre-ville le soir de l'explosion, pourrait recevoir trois fois plus d'argent que lui.

M. Lafontaine précise qu'il ne veut pas mettre uniquement sa cause sur la sellette, mais bien celle de toutes les personnes se trouvant dans la même situation que lui. Il soutient que la grille pour déterminer le montant des indemnités n'est pas adéquate, et il souhaite que le processus soit plus équitable.

Un sujet épineux

La question des indemnités aux survivants a longtemps été un sujet épineux, et ce n'est que l'été dernier que les résidents de Lac-Mégantic ont su qu'ils pourraient recevoir un montant compensatoire.

M. Lafontaine souligne, avec amertume, que plusieurs personnes se sont toutefois fait dire qu'elles doivent « se considérer chanceuses » d'avoir reçu une indemnité.

« Mais ce n'est pas ça le message que je veux entendre », s'indigne-t-il.

Un travail réalisé avec sérieux

Le syndic responsable de la répartition du fonds d'indemnisation insiste pour dire que le travail a été fait avec sérieux. Andrew Adessky explique que le processus a été ardu.

« On parle de plus de 4000, 5000 réclamations au Canada, aux États-Unis », souligne-t-il.

Un des avocats responsables du recours collectif, Daniel Larochelle, mentionne également que pour offrir davantage à certaines personnes, il aurait fallu en retirer des poches d'autres survivants.

Les premiers chèques devraient être reçus début février. 

Avec les informations de Marie Ève Lacas