NOUVELLES
27/01/2016 07:49 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

La Libye demande à l'OMS d'élever au maximum son niveau d'urgence dans le pays (ministre)

La Libye a demandé mercredi à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'élever au maximum son niveau d'urgence dans ce pays où un tiers des habitants ont besoin, selon l'ONU, d'une aide sanitaire d'urgence.

"Nous demandons aujourd'hui à l'OMS d'élever son niveau d'urgence pour le système de santé en Libye à son niveau le plus élevé, le niveau 3", a déclaré le ministre de la Santé libyen, Reida El Oakley, lors d'une conférence de presse à Genève.

"Nous avons reçu la demande. Le ministre a rencontré la directrice générale" de l'OMS, Margaret Chan, a confirmé à l'AFP un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic, expliquant que l'agence onusienne allait "examiner la demande".

Actuellement, le niveau 3 d'urgence, qui prévoit une aide maximale en personnel médical et en médicaments, a été décrété par l'OMS dans 5 crises : l'Irak, le Soudan du Sud, la Syrie, le Yémen et la crise Ebola.

"Le système libyen (de santé, ndlr) a été fortement endommagé par la guerre continue en Libye", a relevé M. El Oakley, indiquant qu'au moins 60% à 70% des hôpitaux étaient fermés ou ne pouvaient pas fonctionner correctement.

Il a également expliqué que la Libye avait besoin de 3 millions de dollars par jour pour acheter des médicaments.

Le ministre a également déploré que la Libye soit pénalisée par la décision de la Banque Mondiale de la classer comme "pays riche" du fait de son statut de pays exportateur de pétrole. "Il y a plusieurs années, nous exportions 1,7 million de barils de pétrole par jour, maintenant nous en exportons moins de 300.000", a-t-il rappelé, soulignant par ailleurs l'impact négatif des cours du pétrole sur l'économie libyenne.

"Si vous êtes classés comme un pays pauvre, (...) vous pouvez demander à d'autres organisations de vous aider", a-t-il dit.

Il a également regretté que l'ONU place la Libye parmi les pays "à risque très élevé" car cela freine la venue de travailleurs humanitaires dans le pays.

D'après l'OMS, 1,9 million des 6 millions de Libyens ont besoin d'une aide sanitaire d'urgence, alors que le pays manque de personnel sanitaire, de médicaments salvateurs et de vaccins, a expliqué le Dr Jaffar Hussain, représentant de l'OMS en Libye, qui s'exprimait au côté de M. El Oakley.

La Libye, où de nombreux groupes et milices se disputent le pouvoir, est en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. La Libye reste par ailleurs l'un des principaux points de passage des migrants désirant rejoindre l'Europe.

apo/gca/mr