NOUVELLES
27/01/2016 12:47 EST | Actualisé 27/01/2017 05:12 EST

La Garde côtière a-t-elle acheté des citrons? (VIDÉO)

Des navires mal conçus et mal construits nuisent aux opérations de la Garde côtière et peuvent mettre en danger le personnel, a appris Radio-Canada.

Un texte de Marc Godbout Twitter Courriel

L'acquisition de neuf patrouilleurs semi-hauturiers était jugée vitale par la Garde côtière canadienne. Or, des documents obtenus par Radio-Canada en vertu de la loi sur l'accès à l'information montrent que les vaisseaux livrés à la Garde côtière canadienne entre 2012 et 2014 sont aux prises avec des problèmes majeurs.

Ces navires construits par le chantier Irving d'Halifax ont coûté 33 millions de plus que les 194 millions de dollars prévus initialement par l'ancien gouvernement conservateur, confirme un document ministériel.

Pour Harvey Adams, un ancien capitaine de la Garde côtière, cette histoire ne sent pas bon.

Les problèmes sont si sérieux que certains de ces patrouilleurs semi-hauturiers ont passé plusieurs semaines, voire des mois, sans naviguer.

Pourtant, ils doivent servir aux opérations de recherche et de sauvetage, à la surveillance des pêches et à la sécurité maritime.

Lacunes et défauts de construction

Des rapports obtenus par Radio-Canada soulignent une multitude de problèmes qui vont bien au-delà de ceux qui surviennent habituellement après la construction de nouveaux navires.

À plusieurs reprises, ils soulignent que la sécurité du personnel à bord peut être compromise.

Corrosion sévère, mauvaises soudures, mauvaise installation, mauvais choix de matériaux, infiltration d'eau dans des boîtes électriques et défaut de conception sont parmi des centaines d'exemples signalés.

De plus, un récent appel d'offres publié par Travaux publics, le ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, confirme que les navires peuvent être instables s'ils naviguent dans certaines conditions météo.

Par exemple, leur capacité à composer avec le givre est limitée. « Si la glace s'accumule, l'équipage pourrait avoir à abandonner le navire ou pire encore, le navire pourrait chavirer », explique le capitaine Harvey Adams.

S'ajoute à cela l'absence d'orifices pour drainer la structure, qui fait en sorte que l'eau peut rester emprisonnée.

Un ancien fonctionnaire qui a travaillé de près au projet a confié à Radio-Canada, sous le couvert de l'anonymat, que les problèmes sont si importants que les navires n'auraient jamais dû être acceptés tels quels par le gouvernement.

AUSSI SUR LE HUFFPOST :

Galerie photo Venus, un bateau Apple conçu par Starck pour Steve Jobs Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter