NOUVELLES
27/01/2016 09:49 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

L'école de La Loche pourrait adopter des mesures de sécurité

LA LOCHE, Sask. — L'école du nord de la Saskatchewan qui a été le théâtre d'une fusillade mortelle, vendredi dernier, ne rouvrira pas avant au moins une semaine — et la sécurité pourrait alors y être renforcée.

Donna Johnson, sous-ministre adjointe au ministère de l'Éducation, a indiqué mercredi que le conseil scolaire avait prévenu les parents que les cours à l'école publique de La Loche ne reprendraient pas avant une semaine, voire 10 jours.

Le maire de La Loche et plusieurs autres résidants avaient suggéré que l'école soit démolie et reconstruite.

Mme Johnson a par ailleurs indiqué que le conseil scolaire était disposé à ajouter des mesures de sécurité à l'école, mais qu'il souhaitait d'abord en discuter avec les membres de la communauté et la Gendarmerie royale du Canada.

Selon Mme Johnson, l'école pourrait notamment avoir recours à un agent de liaison, ou même accueillir un policier de la GRC.

Selon la police, le suspect, un garçon de 17 ans, a tué deux adolescents dans une résidence privée avant de se rendre à l'école. Il aurait alors tué par balles deux membres du personnel, puis blessé sept autres personnes en l'espace de huit minutes.

L'auteur présumé de la fusillade fait face à quatre chefs d'accusation de meurtre prémédité, sept chefs de tentative de meurtre et un chef de possession illégale d'une arme à feu. Il doit revenir en cour le 22 février.

La Loche est une petite communauté isolée du nord-ouest de la Saskatchewan surtout habitée par des Autochtones de la nation dénée.