NOUVELLES
27/01/2016 08:42 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Frontières extérieures de l'UE: la Grèce juge sa mise en cause "non constructive"

La Grèce a jugé mercredi "non constructive" sa mise en cause par la Commission européenne pour de "graves déficiences" à ses frontières, appelant ses partenaires européens à remplir leurs obligations face à la crise migratoire.

"La tactique de se renvoyer les responsabilités ne constitue pas une gestion efficace d'un problème de dimension historique, qui réclame une action commune", a déclaré la porte-parole du gouvernement, Olga Gerovassili, citée par un communiqué.

La Grèce "se dépasse pour respecter ses obligations, nous attendons de tous qu'ils fassent de même", a-t-elle ajouté.

Mme Gerovassili réagissait à l'adoption mercredi par la Commission européenne d'un projet de rapport concluant que "la Grèce a sérieusement négligé ses obligations" dans sa gestion de la frontière extérieure de l'espace Schengen.

L'adoption de ce document, fondé sur une visite d'experts effectuée au mois de novembre, ouvre la voie à une possible décision européenne au printemps permettant aux États membres de prolonger jusqu'à deux ans la durée des rétablissements de contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen.

Soulignant que le rapport rendait compte d'une situation "bien différente" de l'actuelle, Mme Gerovassili s'est étonnée de son adoption au lendemain d'une réunion des ministres européens de l'Intérieur qui a conclu, selon elle, "que la clé de la gestion des flux de réfugiés se trouve en Turquie, et dans le respect par ce pays des accords" passés avec l'UE pour tarir les départs de ses côtes.

La porte-parole a aussi réitéré les reproches adressés par Athènes à ses partenaires, notamment l'envoi de moins de renforts que demandé de la part de l'Agence de surveillance des frontières Frontex. Le plan européen de relocalisation des réfugiés "est en suspens" tandis que les renvois des migrants jugés irréguliers vers leurs patries ou la Turquie se heurtent au refus de ces pays, a-t-elle aussi rappelé.

cb/od/ib