NOUVELLES
26/01/2016 19:00 EST | Actualisé 26/01/2017 00:12 EST

Corruption: les pays émergents dans le collimateur de Transparency International (rapport)

Les puissances économiques émergentes, le Brésil en tête, sont pointées du doigt par l'ONG Transparency International dans son rapport annuel sur la corruption dans le monde, rendu public mercredi.

"Tous les BRICS (acronyme utilisé pour définir les cinq puissances économiques émergentes que sont le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud), les pays prometteurs de l'économie mondiale, sont concernés et ont des scores en-dessous de 50 dans notre index", a expliqué à l'AFP Robin Hodess, directrice de recherche au sein de l'ONG basée à Berlin.

Cette année, le Brésil "est le pays qui a enregistré la plus forte baisse dans le classement: il a chuté de 5 points et de 7 places et occupe à présent la 76e place", souligne le rapport.

Le scandale des pots-de-vin qu'aurait versés la compagnie pétrolière publique Petrobas a eu "un impact phénoménal", a souligné Mme Hodess.

La Russie est le moins bien classé de tous les BRICS (119e avec 29 points). Elle se classe derrière la Chine (83e, 37 points), l'Inde (76e, 38) et l'Afrique du Sud (61e, 44).

En Asie, les accusations de corruption à l'encontre du Premier ministre de Malaisie, Najib Razak, ont également retenu l'attention de l'ONG. Le pays est classé 54e (50 points) et a perdu quatre places.

Chaque année, Transparency International (TI), ONG basée à Berlin, établit un "Rapport sur la perception de la corruption", une évaluation (portant cette année sur 168 pays) sur une échelle de 0 à 100, qui classe les pays du plus corrompu au plus vertueux.

Ce travail s'appuie sur des données collectées par 12 organismes internationaux, parmi lesquels la Banque mondiale, la Banque africaine de développement ou encore le Forum économique mondial.

elr/alf/plh