NOUVELLES
26/01/2016 22:36 EST | Actualisé 26/01/2017 00:12 EST

Automobile: Toyota prêt à s'allier à Suzuki et à prendre 100% de Daihatsu (presse)

Le constructeur d'automobiles japonais Toyota réfléchit à une alliance avec son compatriote Suzuki dans les pays émergents, particulièrement axée sur les modèles compacts, et pourrait monter à 100% dans sa filiale de mini-véhicules Daihatsu, rapporte mercredi le quotidien Nikkei.

Ces informations ont été appréciées par les investisseurs à la Bourse de Tokyo.

L'action Toyota s'est élevée de 3,80% à 6.881 yens, tandis que Suzuki, qui avait bondi de près de 16% dans la matinée, a fini sur un gain de 11,35% à 3.590 yens, malgré un démenti des deux groupes. "Il est inexact que nous soyons entrés en discussion avec Toyota", a assuré Suzuki dans un communiqué laconique, suivi par Toyota qui a nié de la même manière.

Daihatsu a fait mieux encore en bondissant de 16,40% à 1.724 yens à la clôture. Le titre, temporairement suspendu "pour vérification" à la suite de l'article de presse, est monté jusqu'à 1.781 yens à la reprise de la cotation, soit un gain de 20% ou 300 yens, le maximum autorisé pour la journée.

"Toyota et Suzuki sont entrés en négociations. Ils vont discuter d'une stratégie envers les pays émergents avec une volonté de partage de leurs forces respectives dans le domaine de la sécurité, des technologies environnementales et des procédés de fabrication à faibles coûts", écrit en une le Nikkei, sans citer de source.

Toyota, numéro un mondial en 2015 pour la quatrième année de suite selon des chiffres publiés mercredi, est déjà la maison mère de Daihatsu, marque qui, avec Suzuki, tire le marché nippon des mini-véhicules (cylindrée de moins de 660 cm3).

C'est aussi grâce aux petites voitures que Suzuki domine avec son partenaire local le secteur en Inde, où il revendique environ 40% de parts de marché.

Pour Toyota, qui n'a pas vraiment décollé en Inde, l'avantage de Suzuki dans ce pays peut constituer un important atout, explique le Nikkei.

Suzuki de son côté pourrait bénéficier de la puissance de Toyota, en plus de ses technologies hybrides ou à pile à combustible ainsi que de ses fonctionnalités de sécurité avancées.

"Les négociations entre les deux groupes vont se poursuivre et pourraient aussi s'accompagner d'une prise de participations croisées", indique le journal.

Les ventes annuelles mondiales du groupe Toyota tournent autour de 10 millions de véhicules, celles de Suzuki ont avoisiné en 2014 les 2,8 millions (hors deux-roues).

Suzuki était auparavant partenaire de l'américain General Motors (GM) puis, après la cessation de leur entente, de l'allemand Volkswagen. Mais l'alliance établie en 2009 avec ce dernier a mal tourné, les deux s'accusant mutuellement de ne pas avoir respecté les termes contractuels.

Après une querelle de plusieurs mois, Suzuki a revendu l'an passé les actions qu'il détenait dans Volkswagen et a racheté pour l'équivalent de 3,5 milliards d'euros les 20% de ses propres titres que détenait le constructeur allemand.

Dans ce contexte, Toyota a décidé de faire de la firme Daihatsu une filiale à part entière, affirme le Nikkei. Toyota contrôle déjà 51,19% de Daihatsu avec qui il avait noué un partenariat en 1967 et dont il avait acquis la majorité en 1998.

Dans deux communiqués distincts, les constructeurs ont confirmé étudier parmi d'autres une telle option. "Nous examinons régulièrement un certain nombre de possibilités concernant Daihatsu (...), y compris le fait d'en faire une filiale à 100%", a réagi Toyota. "Cependant, à ce stade, aucune décision n'a été prise", a ajouté la firme.

kap-anb/mcj/jh

SUZUKI MOTOR

TOYOTA MOTOR

VOLKSWAGEN