NOUVELLES
27/01/2016 06:16 EST | Actualisé 27/01/2017 00:12 EST

Aide sociale: un réfractaire doit subir les conséquences, selon Hamad

QUÉBEC — Un assisté social qui décide de ne pas «faire l'effort» doit «en subir les conséquences», a plaidé mercredi le ministre de l'Emploi, Sam Hamad, pour défendre sa réforme controversée de l'aide sociale.

Il a ainsi confronté un regroupement d'assistés sociaux mercredi matin, au début de la commission parlementaire sur le projet de loi 70 du gouvernement Couillard.

Ce projet de loi prévoit notamment de réduire les prestations des nouveaux bénéficiaires qui refuseraient les démarches d'employabilité proposées par le ministère.

Le Parti québécois, Québec solidaire et plusieurs regroupements ont vertement dénoncé cette approche jugée «punitive» qui ne fonctionne pas, selon eux.

En commission parlementaire, la Coalition pour un Québec sans pauvreté estime que cette approche est immorale et illégale et que le projet de loi est «odieusement rempli de préjugés».

En riposte, le ministre Sam Hamad a soutenu qu'une personne doit faire un effort quand la société investit en elle, mais que si la personne décide de ne pas faire l'effort, elle doit en subir les conséquences.