NOUVELLES
25/01/2016 08:34 EST | Actualisé 25/01/2016 08:35 EST

Six des voitures les plus difficiles à conduire (PHOTOS)

LuxuryCarMagazine.com

On a parfois l’impression que toutes les voitures sont nées égales. Pas en matière de puissance, bien entendu, ni en matière de tenue de route ou de confort, mais plutôt en matière de facilité de conduite. Car s’asseoir derrière le volant est désormais plus facile que jamais, les aides électroniques embarquées se multipliant pour prendre les décisions et réagir à la place du pilote peu vigilant.

Évidemment, on ne peut encourager un tel comportement. Il faut demeurer constamment attentif aux difficultés que la route nous propose, ne pas se laisser distraire par l’un ou l’autre des éléments à l’intérieur de la voiture (que ce soit un passager, un cellulaire ou un lunch tenu à la main), et il faut être certain que l’on est en parfaite maîtrise de notre véhicule.

LIRE AUSSI :

» La Charger Hellcat : la berline la plus puissante au monde

Il est cependant exact que de plus en plus de véhicules proposent désormais des systèmes qui interviendront pour vous. En détectant un obstacle, ils freineront, vous alerteront visuellement ou avec une sonnette, et seront même en mesure d’immobiliser l’auto si vous ne le faites pas.

Les systèmes les plus sophistiqués sont même capables de prendre littéralement le contrôle du véhicule et de le replacer dans la bonne trajectoire et à la bonne vitesse si par malheur le conducteur n’est pas assez vigilant. Ça, c’est pour les voitures modernes que l’on conduit tous les jours.

Au fil des ans cependant, bon nombre de voitures ont vu le jour sans ces systèmes électroniques, et avec une architecture qui les rendait plus difficiles à maitriser. Ces véhicules, de grandes sportives pour la plupart, exigeaient un doigté et une précision exceptionnels de leur pilote, tout en maintenant une vigilance de tous les instants.

Voici donc six modèles qui sont des exemples de danger sur quatre roues en raison surtout de leur puissance, de leur complexité et de leur configuration. Concrètement, ces véhicules sont à quelques exceptions parmi les plus stimulants à conduire pour qui aime les défis, mais ils sont surtout parmi les plus difficiles à maîtriser.

Galerie photo Six des voitures les plus difficiles à conduire Voyez les images

Porsche Carrera GT

Construite entre 2003 et 2006, cette super voiture à propulsion de 612 chevaux est celle dans laquelle l’acteur Paul Walker est décédé. Ses principales caractéristiques : une sonorité de moteur exceptionnelle, et une forte tendance au décrochage si elle est mal dirigée.

Dodge Viper

Le problème, ce n’est pas la dernière génération, même si elle n’a rien cassé. Ce sont plutôt les précédentes qui ont offert aux amateurs une voiture brutale, idéale en ligne droite, mais incapable de virer avec efficacité. Même la boite de vitesse exigeait une forme physique spectaculaire pour être maniée avec aisance.

L'absence de toute forme d'aides à la conduite, même les freins ABS, dans une voiture qui dépassait parfois 600 chevaux dans certaines versions, pouvait transformer une simple balade sur une route de campagne en sortie catastrophique. Tout cela sans oublier que les tuyaux d’échappement passaient tout juste en dessous du seuil des portières, transformant l’habitacle en four et brulant la jambe des occupants à la sortie dès la moindre insouciance.

Lamborghini Countach

Le design spectaculaire de la Countach faisait tourner les têtes. Mais c’est son moteur pouvant atteindre 375 chevaux (dans la dernière génération) qui lui permettait des accélérations foudroyantes. Accélérations faites souvent au détriment de la tenue de route, la voiture ayant tendance à s’emballer brutalement en plus d'être particulièrement lourde à diriger. Quant à voir ce qui arrive derrière, ne rêvez pas. Les autres regardent la Countach, mais le pilote lui, ne voit pas les autres.

Ford Model T

On est loin de la performance, mais conduire une Model T est un véritable défi. Trois pédales – frein, embrayage et reculons – et un levier d’accélérateur au volant en plus de l'ajustement du carburateur au tableau de bord, la conduite d’un Model T est spectaculairement complexe. Et le freinage, quasi impossible.

Dodge Challenger Hellcat

La nouvelle génération des chats de l’enfer version Dodge est impressionnante : 707 chevaux et une conduite spectaculaire. Mais le poids abondant et la puissance très élevée sont capricieux. Il faut manœuvrer l’accélérateur avec douceur, au risque d’un dérapage pas toujours contrôlé.

Lotus Elise

La Lotus Elise fait partie des poids plume des voitures sportives. Dotée d'un châssis aluminium très léger et un poids total de 866 kilos, la petite voiture est propulsée par un moteur de 134 chevaux. La puissance ne semble pas très élevée de prime abord, mais il faut savoir qu'elle est distribuée aux roues arrière d'une voiture dont le poids, aussi minime soit-il, est déjà distribué à plus de 60 % vers l'arrière. Résultat? Une forte tendance au survirage.

Mentions honorables : Shelby AC Cobra, Porsche 930 Turbo