NOUVELLES
25/01/2016 04:51 EST | Actualisé 25/01/2017 00:12 EST

L'opération charme de Couillard à Milan ne convainc pas tout le monde

MILAN — L'opération charme du premier ministre Philippe Couillard en Italie n'a pas semblé convaincre certaines des quelque 40 personnes issues du milieu des affaires réunies pour l'entendre lundi, à Milan.

En marge de diverses rencontres à saveur économique, celui-ci était venu vendre son Plan nord, sa Stratégie maritime ainsi que les tarifs d'hydroélectricité concurrentiels à une section régionale de la Confindustria, un regroupement nationale d'entreprises manufacturières.

Dans une salle pouvant accueillir plus de 60 personnes, il a notamment mis l'accent sur les quelque 50 milliards $ d'investissements prévus d'ici 2035 dans le Nord-du-Québec en plus d'expliquer sa stratégie visant à décarboniser l'économie québécoise.

Cette présentation n'a toutefois pas semblé répondre aux préoccupations de Gianni Chiarva, le vice-président du conseil de Stella-Jones international S.A., l'actionnaire de contrôle de la société québécoise Stella-Jones (TSX:SJ), spécialisée dans les traverses de chemin de fer ainsi que les produits en bois traité sous pression.

Dès la fin de l'événement, celui-ci a été parmi les premiers à quitter l'endroit, sans saluer la délégation québécoise. Rattrapé, il n'a pas caché son intérêt pour le Plan Nord, avant d'ajouter que pour l'instant, il n'y avait «rien de pratique» dans ce dossier.

M. Chiarva, un habitué du Québec, puisqu'il y séjourne habituellement environ 10 semaines par années, a notamment remis en question, compte tenu du contexte économique actuel, les quelque 50 milliards $ d'investissements prévus par le gouvernement Couillard dans le Nord-du-Québec d'ici 2035.

Questionné sur le sujet un peu plus tard, M. Couillard a remis sur la table l'argument selon lequel il fallait investir dans les infrastructures de cette région de la province puisque les prix sont bas, afin que le Québec soit prêt lorsque le cours des métaux remontera.

Dans son allocution, le premier ministre a vanté les échanges commerciaux entre le Québec et l'Italie, qui figure parmi les 10 plus importants partenaires économiques de la province. Il a invité la Confindustria Lombardia à venir effectuer une mission économique au Québec.

Le premier ministre visitait Milan, dans le nord du pays, qui fait partie de la Lombardie, une région considérée comme le moteur économique du pays. Depuis son élection, le gouvernement Couillard a entre autres fermé son bureau à Milan en plus de réduire le budget de sa délégation à Rome.

En plus de son allocution, celui-ci devait prendre part à une série de rencontres, notamment avec l'ex-président italien Mario Monti.