NOUVELLES
25/01/2016 03:50 EST | Actualisé 25/01/2017 00:12 EST

Jour de rentrée pour 150 employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Après 34 mois de lock-out, quelque 150 employés de garage ont repris le travail à 8 h, ce matin. Le retour s'effectue graduellement, selon les concessionnaires automobiles.

Un texte de Chantale Desbiens

Les employés de Chicoutimi Chrysler ont été accueillis avec une poignée de main et un café. Malgré les traces laissées par le long conflit de travail, les syndiqués sont positifs et disent qu'ils vont y aller au jour le jour.

« Ça fait du bien de recommencer, affirme Patrice Tremblay. Il va falloir payer notre dette un peu, mais on n'a pas le choix. »

Le vendeur Yvan Roy était heureux de retrouver ses collègues. « Ça nous a donné quand même un surplus d'ouvrage pour s'occuper de nos clients comme il faut, indique-t-il. Je trouve que c'est une bonne chose. Il faut oublier. Il y a eu une avant-grève et il va y avoir une après-grève. On va être avec eux. Ce sont nos confrères et ce sont des chums. »

D'autres concessionnaires, comme les garages Paul Albert Chevrolet Oldsmobile et Arnold Chevrolet, ont convoqué leurs travailleurs à une rencontre pour discuter des modalités de retour au travail à 10 h.

La convention collective signée dimanche

Le nouveau contrat de travail d'une durée de six ans a été signé dimanche par le Syndicat démocratique des employés de garage et la Corporation des concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L'entente prévoit le retour au travail immédiat de 150 des 300 syndiqués. Les autres seront rappelés selon les besoins du marché. Ils auront droit à 225 $ par semaine pendant un mois et demi, après quoi le syndicat leur coupera les vivres, qu'ils aient retrouvé leur emploi ou non.

Les syndiqués ont accumulé une dette importante durant le conflit. Ceux qui ont repris le travail devront rembourser 175 $ par semaine au syndicat. Le montant sera réduit au fur et à mesure que d'autres employés reprendront le travail.