NOUVELLES
25/01/2016 02:06 EST | Actualisé 25/01/2017 00:12 EST

Italie : Un Marocain soupçonné de jihadisme arrêté en Calabre

Un Marocain de 25 ans, soupçonné de s'être entraîné pour le jihad et d'avoir voulu rejoindre un groupe armé au Moyen-Orient, a été arrêté lundi en Calabre, dans le sud de l'Italie, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano.

Le jeune homme est accusé d'"entraînement à des activités dont l'objectif est le terrorisme, y compris international", a précisé le ministre dans un communiqué.

Selon l'agence AGI, Hamil Mehdi, un commerçant ambulant résidant à Luzzi, au coeur de la Calabre, présentait toutes les caractéristiques des candidats au jihad en Irak ou en Syrie.

"L'arrestation de ce lundi est une des premières applications de la nouvelle loi de 2015 qui punit l'auto-entraînement d'une personne à des fins de terrorisme international", a déclaré un responsable de la police locale à la chaîne Rainews.

Selon la police, ce Marocain, arrivé en Italie en 2006, s'était rendu l'an dernier en Turquie, avant d'en être expulsé en juillet. Depuis, il faisait l'objet d'une surveillance constante de la police italienne.

Selon le communiqué du ministère, il a recherché sur internet "des documents et de la propagande" de l'organisation terroriste Etat islamique (EI) "avec une attention particulière pour les messages exaltant les auteurs des attentats suicide".

"C'est un cas important qui montre comment l'EI utilise internet pour recruter (...) et entraîner des processus d'auto-radicalisation. D'autres enquêtes ont démontré en fait que le Marocain s'était isolé progressivement même de ses propres compatriotes", poursuit le ministère.

"C'est pour cette raison que la coopération avec les communautés islamiques devient nécessaire: il ne suffit plus de se déclarer opposé au terrorisme, il faut collaborer pour que chaque foyer extrémiste soit identifié et désamorcé", conclut le ministère.

Le 19 janvier, le gouvernement italien a annoncé la mise en place d'un Conseil pour les relations avec l'islam, un organisme consultatif destiné à mieux intégrer les musulmans, tout en rappelant que l'Italie restait un pays de "tradition chrétienne et humaniste".

En 2015, l'Italie a expulsé plus d'une soixantaine de ressortissants étrangers, originaires essentiellement du Maghreb et des Balkans, soupçonnés d'affinités, de liens ou de projets terroristes.

jlv-ljm/fcc/pt