NOUVELLES
25/01/2016 08:51 EST | Actualisé 25/01/2017 00:12 EST

Chahutée par les affaires, l'Amsud élit son 5e président en trois ans

La Confédération sud-américaine de football élit mardi son 5e président en trois ans, et qui sera probablement le Paraguayen Alejandro Dominguez, chargé d'achever le mandat de Juan Angel Napout, mis en cause dans l'affaire de corruption à la Fifa et assigné à résidence aux Etats-Unis.

Le congrès extraordinaire de la Conmebol, convoqué mardi à Asuncion, sera aussi l'occasion pour les fédérations sud-américaines d'officialiser leur soutien à Gianni Infantino, vice-président de l'UEFA, dans la course à la présidence de la Fifa.

Le président de la Fédération vénézuélienne Laureano Gonzalez a annoncé dimanche qu'un consensus s'était dégagé pour placer à la tête de la Conmebol Alejandro Dominguez, chef d'entreprise de 44 ans et actuel président de la Fédération paraguayenne.

"Alejandro Dominguez est la personne qu'il faut pour ce moment de transition", a affirmé le Vénézuélien.

Wilmar Valdez, président de la Fédération uruguayenne, et qui assurait l'intérim à la Conmebol depuis la détention de Juan Angel Napout en décembre à Zurich, s'est finalement retiré.

Les trois derniers présidents de la Conmebol -Nicolas Leoz (1986-2013), Eugenio Figueredo (2013-2014) et Juan Angel Napout (2014-2015)- sont visés par l'enquête de la justice américaine sur la corruption à la Fifa, éclabousse notamment la Conmebol et la Concacaf (Confédération d'Amérique du nord, centrale et des Caraïbes).

Au siège de la Conmebol dans une banlieue d'Asuncion, de nouveaux visages apparaissent. Des dix présidents de fédérations sud-américaines présents lors du congrès ordinaire début 2015, sept ont été emportés par les affaires.

Le congrès extraordinaire de la Conmebol devait débuter mardi à 10h00 locales (13h00 GMT).

Une fois la nouvelle équipe dirigeante élue, les dix pays membres feront connaître leur position pour l'élection du président de la Fifa, le 26 février.

Sur le total des 209 votants, les Sud-Américains ne pèsent pas lourd, avec seulement 10 voix.

"La Conmebol soutiendra Infantino. Entre l'UEFA et la Conmebol, il y a un lien très fort, historique, une vieille coopération", a dit à l'AFP une source proche de la Conmebol.

Gianni Infantino, présent à Asuncion, aura fort à faire face au Cheikh Salman du Bahreïn, qui semble s'être assuré le soutien des pays africains en signant la semaine dernière au Rwanda un accord entre les Confédérations asiatique (AFC, qu'il préside) et africaine (CAF).

Le Prince Ali de Jordanie a également fait le déplacement au Paraguay.

ap/sk