NOUVELLES
25/01/2016 00:40 EST | Actualisé 25/01/2017 00:12 EST

Allégations de paradis fiscaux chez Québecor quand il y était: Péladeau réplique

MONTRÉAL — Le chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, qualifie un dossier à son endroit mis en ondes par la Société Radio-Canada (SRC) de gros pétard mouillé.

Dans un message transmis sur sa page Facebook, lundi matin, M.Péladeau ajoute qu'il aura l'occasion de revenir sur le contenu du reportage qui affirme que plusieurs compagnies ou succursales qui semblent avoir un lien avec Québecor auraient été actives dans une dizaine de paradis fiscaux, dont plusieurs pendant sa présidence.

La semaine dernière, après d'autres allégations du genre publiées par «La Presse», M.Péladeau a répété que sous sa direction, aucune structure fiscale de nature exotique n'avait été utilisée par Québecor (TSX:QBR). Il a ajouté que s'il y en avait eu, c'est qu'elles existaient déjà dans les entreprises dont Québecor avait fait l'acquisition et qu'elles avaient été démantelées par la suite.

Dans son message transmis lundi, Pierre Karl Péladeau reproche aussi à Radio-Canada de travestir la réalité. Il publie à cet effet une lettre d'octobre dernier écrite à une journaliste de la SRC par Annick Bélanger, directrice de cabinet adjointe et directrice des communications du Cabinet du chef de l'opposition. Le texte motivait le refus du chef péquiste de lui donner une entrevue. 

La conclusion de la lettre de Mme Bélanger évoquait aussi la possibilité de recours aux tribunaux et de réclamation de dommages exemplaires, si nécessaire.

Le Cabinet du chef de l'opposition officielle a d'ailleurs annoncé sa présence ce lundi matin, à 8h00, à une chaîne humaine organisée par le Centre de la petite enfance (CPE) du Carrefour, dans l'arrondissement Ville-Marie, à Montréal. Cette chaîne humaine est une forme de protestation citoyenne contre les compressions appliquées au réseau des CPE par le gouvernement du Québec.