DIVERTISSEMENT
23/01/2016 07:51 EST | Actualisé 23/01/2016 08:01 EST

Un artiste québécois parcourt le monde à la rencontre de personnes intersexuelles (VIDÉO)

Tout a commencé au Vietnam, il y a presque 20 ans. Sylvain Tremblay est dans un orphelinat, on lui dépose un bébé dit hermaphrodite dans les bras. Les médecins discutent de l'avenir du bambin, s'ils en font un garçon ou une fille.

Marqué par cette expérience troublante, l'artiste québécois a décidé de parcourir le monde à la rencontre de ces personnes intersexuées (chez qui coexistent des caractéristiques mâles et femelles), qui subissent encore trop souvent des chirurgies forcées. Son oeuvre, qui se décline en tableaux en vidéo et en livre, et qui est présentée dès ce dimanche à Montréal, vaut le détour.

Au coeur de La Petite-Patrie, dans la splendide galerie d'art Never Apart, on découvre d'immenses toiles texturées sur lesquelles sont représentés des personnages ayant des attributs tantôt féminins, tantôt masculins. Leur seul point commun: ils n'ont pas de bouche. «Je voulais illustrer le tabou, le silence, le fait que ces personnes ne peuvent parler ouvertement de leur genre (ou non-genre)», explique Sylvain Tremblay, parcourant les allées de l'exposition avec le Huffington Post Québec et Cigosi, une personne intersexuée.

Exposition en cours

L'exposition «No Gender» (Sans genre) est présentée à la galerie Never Apart, à Montréal, du 24 janvier au 2 avril.

Pour en savoir plus, visiter le site web officiel du projet.

En mettant ses «muses» à nues, l'artiste Sylvain Tremblay a voulu souligner la beauté de la diversité des corps.

Avoir le droit de choisir

Cigosi, qui est originaire de l'Ontario, n'a jamais subi d'opérations, ses parents ont décidé de laisser leur bébé dans «l'état» où il est né. «Je ne suis ni homme, ni femme, je suis neutre. C'est un choix avec lequel on peut très bien vivre», affirme Cigosi, qui a toujours été très confortable dans sa particularité, ce qui n'est pas toujours le cas des personnes intersexuelles. Qu'elles désirent devenir complètement femme ou homme, elles devraient avoir le choix et non se le faire imposer à la naissance, poursuit Cigosi.

Sylvain Tremblay hoche la tête en écoutant Cigosi. «C'est exactement ça l'essence de mon projet artistique, marquer les esprits des gens, qu'ils s'ouvrent à l'idée qu'on a le droit de vivre sans genre, et que les enfants nés intersexuels devraient toujours avoir le choix de faire ce qu'ils veulent avec leur corps», conclut l'artiste.

Une exposition multimédia

Sylvain Tremblay et son équipe travaillent depuis plus de trois ans sur «No Gender», une exposition composée de douze tableaux, d’une vidéo et d'un recueil rassemblant des témoignages de personnes intersexuées de différents continents. Chacun y exprime son droit d’exister et de choisir son sexe.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Exposition sur l'intersexualité Voyez les images