NOUVELLES
22/01/2016 05:43 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Un nouveau centre de trampoline à Squamish pourrait aider les athlètes canadiens

Le nouveau centre d'entraînement de trampoline de Squamish, en Colombie-Britannique, vient à peine d'ouvrir ses portes qu'il suscite déjà beaucoup d'intérêt de la part de la population. Le Airhouse attire à la fois des athlètes élites qui viennent s'entraîner et des touts petits qui sont là pour jouer, tout simplement.

Un texte de Julie Landry

Le propriétaire du Airhouse, Rodney Wilson, avait le goût, avec des amis entraîneurs sur les montagnes de Whistler, de trouver un endroit pour passer le temps et s'entraîner, à Squamish. « C'était le bon temps et le bon endroit. On savait que ça pouvait marcher », était-il convaincu.

Le centre est muni de quatre trampolines de calibre olympique pour l'entraînement des athlètes plus doués, dont un nommé en l'honneur de la défunte skieuse acrobatique en demi-lune, Sarah Burke. Il y a aussi un parcours de trampoline plus simple, utilisé surtout par des enfants dont certains n'ont que trois ans.

Il est ravi du succès dont son centre fait preuve, moins de deux mois après son ouverture et se réjouit de voir le progrès de certains de ses clients. « On n'a même pas encore commencé notre programme d'entraînement, mais les jeunes progressent déjà. On en voit faire des doubles saltos arrière ou des doubles tire-bouchons, des figures qui n'existaient pas il y a quelques années », s'étonne-t-il. 

Rodney Wilson, ou Wil comme on l'appelle ici, voit grand pour ces futurs champions.

Les cris des enfants bien accueillis

Si la gérante du Airhouse, la Québécoise d'origine Amélie Whissell, est impressionnée par certaines des acrobaties extrêmes qu'elle voit, elle aime surtout regarder les plus jeunes s'amuser. Les enfants de cinq à dix-huit ans sont d'ailleurs les clients qui viennent en plus grand nombre.

Elle est fière d'expliquer que son centre est plus qu'un terrain de jeu. « Nous, on apprend aux athlètes et aux enfants comment tomber, comment arrêter ou atterrir correctement », explique-t-elle. Les cours officiels commenceront en février, le temps que les futurs entraîneurs soient eux-mêmes formés.

Le client Carl Fortin, un ancien skieur acrobatique qui vient s'amuser et s'entraîner, deux à trois fois par semaine, apprécie les variétés de trampolines et la sécurité qu'on peut y trouver. Il se souvient des vieux trampolines peu sécuritaires qu'il utilisait pour s'entraîner, quand il était jeune.

« J'aurais aimé ça avoir ça dans le temps. Ça aurait fait une grosse différence », conclut-il.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!