NOUVELLES
22/01/2016 03:31 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Tunisie: "nous n'avons pas de baguette magique" pour résoudre les problèmes (Essid)

Le Premier ministre tunisien Habib Essid, dont le pays est confronté à des troubles dus à une situation sociale et économique explosive, a estimé vendredi que la situation ne pouvait se régler d'un coup de "baguette magique", tout en assurant que la démocratie tunisienne était "irréversible".

"Nous n'avons pas de baguette magique pour donner de l'emploi à tout le monde en même temps. Il y a des priorités, des mesures urgentes ont été prises", mais "la création d'emplois demande énormément d'efforts", a déclaré M. Essid sur la chaîne France 24.

Cinq ans après la révolution tunisienne, largement motivée par des raisons économiques et sociales, la contestation contre le chômage et l'exclusion a repris de plus belle et des manifestations, parfois marquées par des heurts avec la police, secouent plusieurs villes tunisiennes.

Les troubles ont commencé à Kasserine (centre), après la mort samedi d'un chômeur de 28 ans, électrocuté en montant sur un poteau, alors qu'il protestait avec d'autres contre son retrait d'une liste d'embauches dans la fonction publique.

Le Premier ministre a décidé d'écourter sa tournée en Europe afin de rentrer en Tunisie où les autorités ont décrété vendredi un couvre-feu nocturne dans tout le pays.

"Les choses sont différentes qu'en 2010", lorsque le suicide d'un jeune chômeur avait déclenché la révolte qui a abouti à la chute de Zine el Abidine Ben Ali, a cependant estimé M. Essid, soulignant que "la Tunisie est passée d'une dictature à une jeune démocratie".

"Je comprends la réaction des gens, mais nous avons un héritage que nous devons gérer", a-t-il poursuivi, citant les défis sécuritaire, social et économique. Menacée par le jihadisme (le pays a connu des attentats sanglants en 2015 et des milliers de ses jeunes sont partis rejoindre l'organisation Etat islamique), la Tunisie est aussi confrontée à une grave crise économique et à un taux de chômage officiellement de 15% au niveau national, mais bien supérieur dans les régions déshéritées de l'intérieur.

"Des solutions urgentes doivent être prises, j'en conviens mais on ne peut pas d'une baguette magique régler tous les problèmes en même temps", a répété M. Essid.

"L'environnement est difficile, mais nous sommes très fiers de notre jeune démocratie. C'est une option irréversible. Cette réussite démocratique doit être suivie par une réussite économique et sociale, et nous sommes mus par une bonne volonté", a-t-il assuré.

cf/hba/at

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!