NOUVELLES
22/01/2016 13:54 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Panthers: La météo pourrait mettre l'accent sur Jonathan Stewart

CHARLOTTE, N.C. — L'entraîneur des Panthers de la Caroline, Ron Rivera, aime répéter que le porteur de ballon Jonathan Stewart comme étant celui qui dicte le rythme de son équipe.

Stewart a amassé 106 verges au sol et deux touchés contre la meilleure défensive de la Ligue, celle des Seahawks de Seattle, dans une victoire de 31-24 dimanche dernier. Il a notamment effectué une course de 59 verges qui a mené à un majeur.

Cette course a donné le ton au match et les Panthers ont rapidement pris une avance de 31 points.

Les Panthers devraient se fier sur le vétéran de huit saisons, dimanche, contre les Cardinals de l'Arizona lors du  match de championnat de l'Association nationale - particulièrement si les conditions hivernales se poursuivent dans la région de Charlotte. De la glace et de la neige fondante ont recouvert la région vendredi, forçant les autorités à annuler des vols à l'Aéroport Charlotte Douglas International. Les températures devraient tourner autour de cinq degrés celsius pour le match de dimanche.

Peu importe, l'entraîneur des Cardinals Bruce Arians s'attend à voir Stewart à profusion.

«Jonathan Stewart est ce qui ce fait de mieux», a dit Arians cette semaine.

Grâce à Stewart, au centre arrière Mike Tolbert et au quart Cam Newton, les Panthers ont amassé au moins 100 verges au sol dans 30 matchs consécutifs, incluant les éliminatoires, et n'ont pas connu de baisse de régime depuis le départ de DeAngelo Williams au cours de la dernière saison morte.

Stewart en grandement responsable.

Il a dû accepter plus de responsabilités et a répondu avec 989 verges et six touchés lors des 14 premières rencontres de la saison régulière. Il occupait le troisième rang dans la Ligue au chapitre des verges au sol à l'époque, avant de subir une blessure au pied qui lui a fait rater les trois derniers matchs de la saison régulière.

Stewart a maintenu une moyenne de près de 19 courses par match durant la saison, ce qui représente bien plus que sa moyenne en carrière.

«Le fait qu'il ait joué autant cette année comparativement aux saisons précédentes, je crois que ç'a été positif pour nous, a commenté Rivera. Il est l'un des gars qui imposent le rythme parce qu'il est un joueur qui se sert de son physique, et ce jeu est physique. C'est bien de voir qu'il a du succès.»

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!