NOUVELLES
21/01/2016 23:47 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

Nucléaire: le régulateur japonais a besoin de plus de compétences techniques (AIEA)

L'Autorité de régulation nucléaire japonaise (NRA) a besoin de renforcer ses compétences techniques et la législation doit lui donner plus de latitude, a conclu vendredi une mission d'évaluation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Les 19 experts de 17 pays participant à cet examen ont salué "la rapidité des progrès réalisés par le Japon pour se doter d'une autorité indépendante et transparente" après l'accident de Fukushima en mars 2011.

Mais cette instance manque de ressources humaines et "doit renforcer ses compétences techniques et son attractivité afin de recruter du personnel qualifié, car de gros défis l'attendent dans les années à venir", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de l'équipe envoyée au Japon, le Français Philippe Jamet.

Cela apparaît, selon lui, d'autant plus essentiel que des réacteurs sont censés redémarrer et qu'il faut garantir leur sûreté en exploitation.

L'AIEA plaide en outre pour que "la législation soit amendée afin de permettre à la NRA d'effectuer des inspections plus efficaces des installations nucléaires".

Le cadre régissant les inspections "est trop complexe et rigide", ne donnant "pas assez de liberté aux inspecteurs pour réagir immédiatement" en cas de nécessité, a précisé M. Jamet.

Actuellement, seules 2 des 48 tranches du Japon sont en service, et 2 sur le point de repartir. D'autres devraient suivre dans les prochains mois et années.

Toutes avaient été arrêtées progressivement après l'accident de Fukushima par précaution et afin d'améliorer leur sûreté à l'aune de normes plus sévères édictées par la nouvelle autorité.

Le but de la mission de 12 jours de l'AIEA était de "passer en revue le cadre réglementaire du Japon ainsi que la façon dont il est appliqué", a précisé Carlos Lentijo, directeur général adjoint de l'AIEA.

Les membres de la mission ont refusé en revanche de commenter les propos du Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui vante les normes de sûreté des centrales japonaises tant à l'étranger qu'auprès du grand public au Japon, majoritairement hostile au redémarrage des réacteurs.

La NRA a été mise en place en septembre 2012 à la suite de pressions extérieures pour remplacer un organe de contrôle précédent dont l'indépendance était mise en cause du fait de son rattachement au ministère de l'Industrie (Meti).

La précédente mission du même type de l'AIEA remonte à 2007.

Le président de la NRA, Shunichi Tanaka, a pour sa part répété que "le rôle de l'autorité" était de "certifier la sûreté des installations nucléaires", ajoutant que "la décision de relance des réacteurs appartient au monde politique".

kap/anb/uh/at

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!