NOUVELLES
22/01/2016 06:49 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Libye: des réservoirs de pétrole toujours en feu après un assaut jihadiste

Les pompiers tentaient vendredi pour le deuxième jour consécutif de circonscrire le feu dans des réservoirs de pétrole à Ras Lanouf en Libye, cibles de roquettes du groupe jihadiste Etat islamique (EI), a indiqué un responsable.

Dans le même temps, un porte-parole du gouvernement reconnu internationalement a invité la communauté internationale à une intervention "limitée" pour protéger les installations pétrolières, en lançant notamment des frappes contre les positions jihadistes en Libye.

"Quatre réservoirs qui contiennent environ deux millions de barils de brut sont en feu", a dit à l'AFP un responsable de la sécurité qui se trouve avec les pompiers à Ras Lanouf, dans la région dite du "Croissant pétrolier", dans le nord du pays plongé dans la violence.

"Le désastre dépasse nos capacités", a-t-il ajouté sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, le feu dans l'un des réservoirs est "complètement hors de contrôle" et cette installation "peut s'effondrer à tout moment".

Les pompiers s'attellent à éteindre les flammes qui se dégagent des trois autres réservoirs dans la région de Ras Lanouf, à quelque 650 km à l'est de Tripoli.

Jeudi à l'aube, des combattants de l'EI ont attaqué le site des réservoirs à Ras Lanouf pour en prendre le contrôle, selon la compagnie nationale de pétrole (NOC).

Après les combats, "des réservoirs remplis de brut ont pris feu et plusieurs tours électriques et des lignes haute tension qui alimentent les quartiers résidentiels et la zone industrielle" se sont effondrées, selon elle.

Les gardes des installations pétrolières ont repoussé l'assaut de l'EI et dans leur retraite les combattants jihadistes ont tiré des roquettes qui ont touché les réservoirs, ont indiqué des responsables.

Dans une déclaration à l'AFP, Hatem al-Aribi, porte-parole du gouvernement basé dans l'est du pays, a appelé vendredi à une "une intervention limitée de la coalition internationale en consultation avec les parties légitimes, pour protéger les champs pétroliers des attaques de l'EI". Il a notamment évoqué "des frappes aériennes contre les sites de l'EI" en Libye.

Aucune indication n'a été donnée sur de possibles victimes dans le sinistre ou les combats. Aucun chiffre n'a été non plus fourni sur les pertes financières.

"Nous avons formé des comités pour évaluer les dégâts", a confié à l'AFP un responsable de la NOC.

La Libye dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils. Sa production était estimée à 1,6 million b/j en 2011 mais a chuté d'un tiers depuis.

L'EI a gagné du terrain en Libye depuis un an, tirant profit du chaos politique: deux autorités s'y disputent le pouvoir avec l'une basée dans la capitale Tripoli proche d'une coalition de milices, et l'autre, dont le dernier Parlement élu, exilée dans l'est du pays.

Un gouvernement d'union nationale a été annoncé mardi, une étape prévue par l'accord controversé parrainé par l'ONU, mais il doit encore être approuvé par une majorité des deux tiers du Parlement reconnu par la communauté internationale.

str-mah/nbz/mer

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!